Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Lectures et opinions : derniers articles publiés.

Le sommet intercoréen du 27 avril 2018 Des symboles à transformer en résultats concrets lors du sommet Trump-Kim

L’auteur de l’analyse, haut fonctionnaire en disponibilité est un des plus fins connaisseurs de la situation en Asie du nord-est et de la péninsule coréenne.
La vision du sommet entre Kim Jong-un et Moon Jae-in (27 avril) qu’il nous livre ici est celle de l’intérieur de la Corée. Elle spécule sur les intentions de réunification apparemment partagées par Pyongyang et l’appareil politique sud-coréen en recherche de légitimité interne, face à une opinion publique au sud moins optimiste, d’autant que c’est sur Séoul que pèsera le poids économique d’une réunification.
L’élan donné le 27 avril reste à confirmer par la rencontre entre Kim et Donald Trump dont les attendus stratégiques de sécurité auxquels (...)

Les errements du Quai d’Orsay en Chine. René Viénet met en perspective les mémoires de l’Ambassadeur Claude Martin

René Viénet qui fut l’un des rares chercheurs deux fois exclu (par ses collègues) du CNRS pour « excès de lucidité » sur les réalités meurtrières du maoïsme (voir en annexe René Viénet par lui-même), a bien voulu rédiger pour Question Chine dans son style truculent, iconoclaste et non moins lucide, une vaste mise en perspective des mémoires de son camarade d’études chinoises et ami, l’Ambassadeur Claude Martin, « La diplomatie n’est pas un dîner de gala » aux Editions de l’Aube (ISBN 9782815927628, 946 pages. 29,90€).
Jetant une lumière crue sur les difficiles relations franco-chinoises depuis le milieu du XIXe siècle, il revient sur le rôle catastrophique aujourd’hui oublié de tous, joué par un diplomate (...)

A propos des « funérailles érotiques » par Patrice Fava

Patrice Fava, a bien voulu apporter son commentaire éclairé à la polémique déjà ancienne à propos des "funérailles érotiques" dont les images circulent régulièrement sur internet donnant de la réalité du phénomène une image biaisée et tronquée. La mise en perspective était nécessaire. Elle est aussi salutaire.
Sinologue et anthropologue, Patrice Fava a passé plus de vingt années en Chine et vit encore actuellement à Pékin. Chercheur associé au Centre de Pékin de l’École française d’Extrême-Orient, Professeur invité de l’université normale de Lanzhou, il a publié depuis le début des années 1970 plusieurs livres et articles en français, en anglais et en chinois.
Il a également réalisé une dizaine de films répertoriés (...)

L’arrière plan sacrificiel et moral de la gouvernance chinoise

Les lecteurs intéressés par la réflexion sur les ressorts cachés des comportements humains liront avec profit l’article d’Emmanuel Dubois de Prisque, chercheur associé à l’Institut Thomas More paru fin décembre dans le n°50 de « Monde Chinois ».
Sous le titre « Un mouton gras attendant le sacrifice », allusion à une réflexion du Président Xi Jinping à l’occasion du pèlerinage le 31 octobre dernier à Shanghai du nouveau Comité Permanent dans les vieux locaux du Parti Communiste transformés en musée au No.374 Huangpi Nan Lu, 黄陂南路 de l’ancienne concession française, l’auteur qui est aussi rédacteur en chef de la revue, explore avec le concours de René Girard (« Les choses cachées depuis la fondation du Monde », (...)

Entre démocratie libérale et valeurs chinoises, les hésitations de la classe moyenne

Crée en 2013, l’Institut Mercator pour les études sur la Chine contemporaine, (sigle anglais MERICS) domicilié à Berlin sous le parrainage financier de la fondation privée Mercator établie en 1996 par la famille Schmidt-Ruthenbeck, entrepreneurs privés de la Ruhr, vient de publier une étonnante étude sur la complexité des réactions de la société chinoise à l’idéologie nationaliste de Xi Jinping.
Le travail met à jour la diversité des idées de la classe moyenne urbaine indiquant que la narration politique du président ne fait pas l’unanimité. Il suggère aussi que le choix de société entre valeurs chinoises et occidentales par les jeunes qui conditionnera le futur de la Chine n’est pas encore arrêté.
Enfin il (...)