Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde : derniers articles publiés.

Le G7 au Québec et l’OCS à Qingdao, les deux pôles rivaux du monde

En observant les récents ballets diplomatiques du monde on ne peut qu’être frappé par l’incongruité d’un G7 au Québec du 8 au 9 juin marqué par de sévères tensions entre alliés d’où étaient absents la Russie pour cause de sanctions et la Chine qui figure parmi les 2 premières économies mondiales, se déroulant en même temps que le 18e sommet des chefs d’États de l’Organisation Coopération de Shanghai (O.C.S) les 9 et 10 juin, organisé à Qingdao à l’invitation du Président Chinois Xi Jinping.
Véritables symboles du dérèglement de la solidarité internationale, les deux sommets tenus simultanément l’un sur le Continent nord-américain et l’autre à Qingdao, apparaîtront peut-être aux historiens comme le point d’orgue (...)

Sous la « tempête Trump », les illusions chinoises de la Chancelière

Les 24 et 25 mai derniers, Angela Merkel était en Chine où elle a également fait un détour par Shenzhen, pôle historique de l’expérimentation contrôlée d’ouverture politique commerciale et technologique, aujourd’hui partie vibrante avec Canton et sa rivale Hong Kong de la nouvelle grande zone d’intégration économique du sud de la Chine baptisée « Great Bay Area – GBA – en Chinois粤 港 奥 大 弯区yue gang ao da wan qu »- qui compte également Macao, Zhuhai et leurs grandes banlieues. Lire : Fast facts of the Guangdong - Hong Kong - Macau Bay Area. (document pdf).
De l’harmonie aux crispations.
En amont de la visite, le China Daily qui analysait les excellentes relations entre Berlin et Pékin, soulignait que la (...)

La crise iranienne, une aubaine pour la Chine ? Et l’Europe ?

Quelles que soient les protestations des Européens peinant à trouver une parade efficace coordonnée, le brutal durcissement de Washington à l’égard du régime des Mollahs iraniens assorti de l’interdiction imposée aux acteurs qui poursuivraient leurs affaires en Iran est de nature à créer un vide en Iran.
Menacés de sanctions financières et pénales au nom de l’internationalisme de la loi américaine et de la toute puissance transfrontières du Dollar, les groupes étrangers, mesurant mal le soutien que pourraient leur apporter leurs gouvernements, hésiteront à prendre des risques, laissant la voie libre aux investissements chinois.
Pour autant, le 12 mai dernier, le Financial Tribune quotidien iranien de (...)

Visite de Li Keqiang au Japon. Les lignes bougent-elles ?

D’une durée de 3 jours, la visite officielle de Li Keqiang au Japon, la première depuis 7 ans, a coïncidé avec la rencontre tripartite du 9 mai entre Tokyo, Pékin et Séoul dont le rythme annuel était interrompu depuis décembre 2015 à la suite des refroidissements entre Pékin et Tokyo autour de querelles de souveraineté sur l’îlot Senkaku (Diaoyu Tai en Chinois). Confirmant un dégel des relations diplomatiques en Asie du nord-est, le sommet à trois marqua aussi la première visite d’un président sud – coréen à Tokyo depuis six années.
L’accélération des contacts a été favorisée par les changements rapides des relations de Pyongyang avec Pékin et la perspective du sommet Trump – Kim Jong-un à Singapour, le 12 (...)

Pour Kim Jong-un, Xi Jinping remet le couvert

La Chine entend bien rester dans la course d’une solution négociée de la question nucléaire nord-coréenne. Tel est le message envoyé par Xi Jinping, qui, les 7 et 8 mai, s’est affiché avec Kim Jong-un à Dalian.
Alors que Pyongyang et Pékin étaient en froid au point que, depuis son investiture, le 17 décembre 2011, « Kim le Troisième » n’avait pas mis les pieds à Pékin - les tensions entre les deux ayant atteint leur apogée le 13 décembre 2013 à l’annonce de l’exécution de Jang Song Thaek, oncle par alliance de Kim Jong-un et « tête de gondole » de la filière chinoise, (lire : Purge féroce à Pyongyang. Pékin exaspéré.) - le petit-fils de Kim Il-sung a effectué deux voyages en Chine en l’espace de 40 jours. (...)