Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Album : derniers articles publiés.

« L’usage du Tao » par Patrice Fava

Il y a ceux qui tentent d’expliquer le « Tao » et ceux qui s’appliquent à le vivre.
C’est le cas de Patrice Fava, sinologue et anthropologue. Réfugié dans son ermitage de l’Ardèche, au Bouchet, « vers le Mézenc et le Gerbier, endroit sauvage et loin de tout au-delà duquel le monde s’arrête », immobile et exilé en lui-même, au cœur de la montagne et des nuages, au milieu de ses livres et du silence, « dialoguant entre l’Orient et l’Occident », il entreprend pour nous un prodigieux voyage dans « une faille du temps », dans l’espace et la pensée chinoise du Tao.
Le livre « L’usage du Tao », J.C. Lattès, février 2018 est à la fois une plongée dans la dimension symbolique de la Chine, aujourd’hui occultée par (...)

Retour sur la 5e génération de cinéastes chinois

A l’occasion de la 43e édition du festival international du film de Hong Kong, (18 mars au 1er avril) Richard James Havis fait, dans le South China Morning Post, un panorama des figures emblématiques de la 5e génération de réalisateurs dont les films restaurés sont présentés au public. Il y souligne leurs innovations techniques et artistiques et leurs démêlés avec la censure, pour constater en conclusion que la nouvelle vague les a presque oubliés.
*
Il y a 35 ans le film de Chen Kaige « Terre Jaune – 黄土地- » dont Zhang Yimou était le chef opérateur, changea la face du cinéma chinois.
Suivirent les œuvres controversées de Tian Zhuangzhuang traitant des minorités mongoles et tibétaines « La loi du terrain (...)

« La terre à la dérive » : Une superproduction chinoise

Le jour de la fête du nouvel an, les Chinois eurent droit à deux événements inédits liés à l’espace. Le premier était le film du module lunaire Yutu 玉兔 – lapin de jade – progressant avec ses chenilles sur la face cachée de la lune ; le deuxième était une surproduction à grand spectacle « 流浪地球 – liu lang di qiu – la terre à la dérive - ».
Avec son titre anglais « The wandering earth - la terre en migration - », la fiction est un film catastrophe sur-dopé qui raconte le sauvetage aux ordres de l’ONU de la planète terre menacée par la transformation du soleil en géante rouge où une équipe d’astronautes chinois joue le rôle central.
Adapté d’un roman de Liu Cixin, le plus connu des auteurs de science-fiction chinois, 9 (...)

123e édition de “Bruits de Chine”

123e édition de “Bruits de Chine” le magazine sur Radio Campus 106.6 FM écoutable et téléchargeable pendant 8 semaines sur : Radio Campus Lille
Au programme ce mois-ci : géopolitique et société
ZHENG Lunian – auteur, consultant et conférencier né à Shanghai, Zheng Lunian partage son temps entre la France et la Chine.
Il est l’auteur de "Le bonheur de la bouche", (Gastronomie chinoise : l’empire des sens)
"Le Petit Miroir"
"De Shanghai à Paris : un destin chinois"
"Chine-Occident : le grand malentendu du XXIe siècle (en collaboration avec D. Haber), il se pose aujourd’hui la question : Faut-il avoir peur de la Chine ?
Ecouter Zheng Lunian : (...)

Une vie pour le qin Georges Goormaghtigh, le Bo Ya des temps modernes

Les deux livres culte qui ont le plus contribué à mon apprentissage de la Chine sont "Les propos sur la peinture de Shitao" de Pierre Ryckmans et "L’art du qin" de Georges Goormaghtigh.
Chacun à sa manière explore l’ethos de la Chine. Que la peinture et la musique se rejoignent sur les plus hauts sommets de la pensée, m’apparait aujourd’hui comme l’héritage le plus précieux qui nous arrive du fond des âges et la synthèse la plus évidente de la rencontre entre la culture lettrée et les traditions taoïstes.
Dans le domaine de la peinture, Ni Zan, Huang Gongwang, Shitao, Bada Shanren et bien d’autres furent des adeptes du taoïsme. Dans l’art du qin, tous les grands maîtres ont aussi des antennes taoïstes. (...)