Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure : derniers articles publiés.

L’élimination « à vie » de Sun Zhengcai

Le 8 mai, inflexible et féroce, la cour intermédiaire de Tianjin a condamné Sun Zhengcai à la prison à vie pour corruption.
QC avait longuement traité de l’histoire dramatique de ce « jeune loup » de la politique ayant obtenu un doctorat en agronomie en Angleterre, fidèle de Jia Qinglin, ministre de l’agriculture à 43 ans, entré au Bureau Politique à 49 ans et propulsé en même temps à la tête de la municipalité autonome de Chongqing, creuset sulfureux de la plus grande secousse politique que la Chine ait connu depuis les années 70, enchevêtrée dans d’inextricables affaires de corruption, de convulsions familiales et de luttes de pouvoir.
Lire : - Le Parti purge Bo Xilai. - Le sens caché du procès édulcoré (...)

La pensée politique normative

Depuis Edouard Chavannes et Henri Maspero, de Marcel Granet, Paul Pelliot et Paul Demiéville à Jean Lévi et Jacques Gernet en passant par Jacques Pimpaneau, Pierre Etienne Will, Yves Chevrier, Anne Cheng, et bien d’autres, ils sont nombreux ceux qui étudièrent à travers les textes classiques les ressorts de la pensée politique chinoise, à la fois normative et morale, aux prédicats vertueux et exemplaires.
Dans cette conception de l’État, dit Yves Chevrier, « la souveraineté fait du politique plus que l’exercice d’une autorité légitime, bien plus même qu’une technique de gestion administrative de la société, mais la civilisation opposée en bloc au chaos. ».
Il ne s’agit pas d’une vision contingente du (...)

Ouverture financière et contrôle politique

Alors qu’à Washington, le Conseiller économique de Trump opposé à « la guerre des taxes » a démissionné, Yi Gang, le nouveau Directeur de la banque centrale formé aux États-Unis, réagissant aux critiques européennes et américaines stigmatisant l’absence de réciprocité du marché chinois, a, lors de son premier discours officiel au forum de développement de Pékin, le 25 mars, promis d’ouvrir le secteur financier de manière progressive et contrôlée.
L’annonce faisait suite aux promesses de Xi Jinping du 19e Congrès de mieux accueillir les investisseurs étrangers. Un mois plus tard, le régime promettait de hausser d’ici 3 ans les limites des investissements venant de l’extérieur de 49% à 51% du capital des (...)

La fin de l’année du Coq sur fond de lutte contre la corruption

La fin de l’année 2017 a été marquée par de nouvelles mises en accusation de hauts fonctionnaires corrompus.
Les unes visaient Lu Wei la figure emblématique des médias, de la propagande et du contrôle d’internet ; les autres précisaient les charges pesant sur Sun Zhengcai, ancien n°1 de la très sensible municipalité autonome de Chongqing qui, il y a 6 ans, fut le théâtre de la plus brutale secousse politique depuis Tian An Men. Lire : Le Parti purge Bo Xilai.
*
A 58 ans, vétéran de l’agence Chine Nouvelle depuis 1994 année où, à 34 ans, titulaire du poste de n°2 de l’agence de la province du Guangxi, Lu Wei 鲁炜 en devint le vice-Directeur 10 ans plus tard, avant de parvenir en 2011 aux strates politiques (...)

Le fil ininterrompu de l’histoire chinoise et la quête de vérité

En 2005 paraissait le livre « Mao : The Unknown Story » de Jung Chang et Jon Halliday, 832 pages, publié chez Cape et en français chez Gallimard sous le titre « Mao, l’histoire inconnue » dont QC avait publié la recension en 2006.
A l’époque de la publication de ce livre iconoclaste, il n’était certes pas question de « démaoïsation » dont certains observateurs anticipaient qu’elle suivrait la « déstalinisation » soviétique, mais la question se posait dans certains cercles intellectuels chinois. Encore en 2014, Deng Yuwen, ancien rédacteur en chef adjoint du Xuexi Shibao 学习时报 (Etudes), le journal de l’École Centrale du Parti, démis de ses fonctions en avril 2013 pour avoir critiqué dans le Financial Times la (...)