Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial : derniers articles publiés.

Voyage de Xi Jinping dans une Europe désunie. Au-delà des postures, le coup de froid avec Bruxelles et la longue rémanence des intérêts nationaux chinois

Le 9 mai, dernier, Xi Jinping et son épouse Peng Li-yuan, arrivaient à Budapest, dernière étape de leur voyage en Europe après Paris et Belgrade.
Ils furent chaleureusement accueillis par Viktor Orban, 61 ans, ancien militant anti communiste, à la tête du gouvernement depuis 2010 et en froid avec Bruxelles, qui le critique notamment sur sa conception démocratique « illibérale », sa proximité avec Moscou et Pékin et ses réticences nationales face à la politique migratoire de l’Europe.
Cinq années après son dernier périple en Europe qui, en mars 2019, huit mois avant la pandémie, l’avait déjà conduit à Paris, Rome et Monaco, les étapes serbe et hongroise du Président Xi étaient les seules rescapées de la (...)

Antony Blinken en Chine. Sous la surface des bonnes paroles, les braises de fortes tensions

Le 26 avril dernier Antony Blinken achevait une mission de trois jours en Chine par un entretien avec Xi Jinping, dans un contexte général contradictoire où une collection de tensions menace de faire dérailler le processus d’apaisement né à Francisco en novembre dernier (lire : APEC : Xi Jinping – Joe Biden, spectaculaire mise en scène d’une volonté partagée d’apaisement).
Alors que chacun trace des « lignes rouges » à ne pas franchir, allant de la question taïwanaise à l’aide chinoise à la Russie, en passant par la souveraineté en mer de Chine, le harcèlement des Philippines, le respect du droit de la mer et l’embargo sur les hautes technologies des microprocesseurs infligé à la Chine, Xi Jinping a répété (...)

Le révisionnisme sino-russe sur les traces de la révolution mondiale maoïste. Au Moyen-Orient, les risques avérés d’une escalade mortelle

Examinant la nature du régime chinois et ses initiatives depuis 1949, on constate au moins deux constantes. A l’intérieur, la protection becs et ongles de la prévalence politique de l’appareil communiste ; à l’extérieur une stratégie plus ou moins assumée selon les périodes, de contestation de l’Occident (Voir la Note de contexte). Faisant feu de tout bois, le discours vindicatif de Pékin attisé par les souvenirs brûlants du « siècle des humiliations » infligées à la Chine par les puissances occidentales auxquelles s’étaient joints le Japon et l’Empire russe, entretient la mythologie maoïste de la guerre civile chinoise. Perpétuant l’image de l’encerclement des villes assimilées à l’Occident par les (...)

A Hong-Kong, l’inflexible priorité à la sécurité nationale a remplacé la souplesse des « Deux systèmes. »

Le 19 mars, le Conseil Législatif « - LegCo - », mini-parlement de Hong Kong a adopté à l’unanimité des députés triés sur le volet pour ne plus contester le pouvoir (lire : A Hong Kong, Pékin réforme la loi électorale, durcit la gouvernance et élimine la mouvance démocrate) une Ordonnance de Sécurité Nationale 維護國家安全條例 dont l’objet est de renforcer le pouvoir exécutif avec l’effet immédiat de réduire encore les libertés publiques.
Répondant à l’Article 23 de la Loi Fondamentale exigeant que la R.A.S se dote elle-même d’un dispositif légal prohibant et réprimant les risques de trahison, de sédition et de sécession, l’Ordonnance complète la loi sur la sécurité nationale de 2020, en précisant les peines encourues. Elles (...)

14e ANP : Une page se tourne

Alors que pour la première fois en six mois l’indice des prix à la consommation de février était à la hausse de +0,7%, mais dans un contexte international toujours tendu , le parti a, du 4 au 11 mars, tenu la réunion annuelle des deux assemblées « 两会 – Liang Hui - » [Conférence Consultative du Peuple Chinois et Assemblée Nationale Populaire].
Leurs cérémonies de clôture ont eu lieu les 10 et 11 mars avec les discours de leurs Présidents Zhao Leji 赵乐际 et Wang Huning 王沪宁, respectivement nº3 et 4 du Comite permanent du Bureau Politique (voir leurs biographies : Membres du 20e Bureau politique). A sept mois du 75e anniversaire de la République Populaire de Chine, les deux sessions ordonnées pour ne laisser (...)