Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial : derniers articles publiés.

La rivalité sino-américaine change de nature

Depuis les premiers jours d’août, la rivalité entre Pékin et Washington est, au sens strict, brutalement entrée dans le territoire qu’on croyait abandonné de la compétition balistique.
S’il est vrai que dans la querelle Chine - États-Unis, les échanges de menaces par missiles ne sont pour l’instant que verbales, les tensions montent sur fond de dénonciation par les États-Unis, aussitôt imités par la Russie, les 1er et 2 février derniers, du traité sur les armes nucléaires intermédiaires (INF) signé le 8 décembre 1987 entre Mickhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan (1).
Alors que le 6 août, suite à une nouvelle salve de taxes appliquées aux « restant des exportations chinoises » annoncée le 1er août dernier par (...)

Au royaume khmer, le prix de l’aide chinoise augmente

La rumeur court depuis l’automne 2018. Et le Wall Street Journal s’en est récemment fait écho. Un accord secret du printemps dernier entre Phnom-Penh et Pékin autoriserait la Chine à installer une base navale à 15 km à l’est de Sihanoukville, ancien petit port de pêche aujourd’hui en pleine effervescence affairiste chinoise.
Nous sommes à 225 km au sud de Phnom-Penh. En marge des « nouvelles routes de la soie », portant au Cambodge les investissements d’infrastructures et industriels d’une centaine d’entreprises chinoises délocalisées, près d’un aéroport où se posent chaque semaine des moyens courriers venant de Chine, et où ont surgi contre la loi cambodgienne interdisant le jeu, près de 40 casinos envahis (...)

Trump, Erdogan, Poutine et la Chine. Tensions et Influences croisées. Menaces contre l’OTAN et la démocratie

Ces jours derniers eurent lieu une succession d’événements touchant à quelques anciennes données géopolitiques du monde, mettant Washington, la Turquie et l’OTAN dans l’embarras, tandis que Pékin à l’affut, déploie ses séductions pour enfoncer un coin dans la solidarité de l’Alliance atlantique.
A la vérité l’ébranlement est en cours depuis qu’à l’est de l’Europe se cristallise chaque jour un peu plus l’alliance sino-russe, depuis aussi que le système politique turc tournant le dos à la démocratie est devenu une alchimie mêlant islamisme et nationalisme, tandis que Washington pratique depuis de longues années, en Europe et en Asie une stratégie unilatérale de puissance articulée à la seule prévalence des intérêts (...)

Par sa visite d’État, Xi Jinping revient dans le jeu à Pyongyang

Xi Jinping était à Pyongyang les 20 et 21 juin derniers. L’événement est d’importance.
Il conclut en effet une période récente commencée le 27 mars 2018 quand, signalant un brutal dégel de la relation entre Pyongyang et Pékin, Kim Jong-un s’était rendu à Pékin en train à l’invitation du Président chinois, tout juste trois mois avant le sommet de Singapour. Lire : Péninsule coréenne. Brutal dégel entre Pékin et Pyongyang.
Par la suite, Xi et Kim se sont encore rencontrés 3 fois, toujours en Chine, tandis que se déroulaient les tractations entre Pyongyang et Washington pour le 2e sommet Trump - Kim à Hanoi les 27 et 28 février 2019.
On se souvient que ce dernier prit fin de manière abrupte au milieu des (...)

Pékin – Washington : Les raisons des crispations chinoises. Plongée dans les arcanes du Parti

Après avoir fait état des espoirs d’apaisement de la guerre des taxes, articulées à des déclarations optimistes de D. Trump auxquelles avait répondu un message bienveillant de Xi Jinping véhiculé à la Maison Blanche par Liu He, notre éditorial du 7 avril exprimait cependant des doutes sur une embellie durable énumérant les difficultés d’un accord sino-américain.
L’argument était la montée d’une méfiance de fond et la persistance des différends stratégiques dont l’âpreté était en train de s’aggraver au point que, dans un article publié sur le site de USA Today, Cui Tiankai, l’ambassadeur à Washington craignait la fin de la période où depuis les années 80, les deux, ni alliés, ni vraiment ennemis avaient, malgré (...)