Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société : derniers articles publiés.

Funérailles érotiques dans les campagnes

Récemment les médias occidentaux intrigués et choqués faisaient état de la mode qu’ils croyaient complètement nouvelle, effet d’une dérive de la Chine moderne dépravée et ayant perdu ses repères, de ces jeunes filles se livrant, dans les campagnes chinoises à des séances de strip-tease lors de funérailles.
Alors que le gouvernement annonçait de nouvelles répressions contre ces pratiques dont il dénonce la vulgarité (庸俗 - yongsu) et l’obscénité (猥亵 – weixie), plusieurs commentaires d’universitaires chinois rattachaient les effeuillages, il est vrai aujourd’hui plus proches de numéros érotiques de boîte de nuit que de danses traditionnelles, à d’anciennes coutumes du centre et du sud de la Chine.
L’arrière plan (...)

La « casuistique » jésuite à l’œuvre en Chine

Ceux qui s’intéressent à la situation de l’Eglise catholique en Chine et aux blocages avec le Vatican après une série d’incidents dramatiques en 1950 et 1951 (persécutions et exécution de prêtres accusés d’espionnage et de tentative d’assassinat de Mao) qui finirent par le renvoi des légataires du Pape et la rupture diplomatique, n’auront pas manqué de réfléchir aux conséquences de l’avènement du premier Souverain Pontife de l’histoire issu des Jésuites.
La cause en est bien sûr qu’avant de se fracasser sur la « querelle des rites » - 1705 – 1744 , la Compagnie de Jésus a une histoire édifiante en Chine et que sa tradition cultive une réputation de subtilité intellectuelle et de pragmatisme.
Rompus à une (...)

La reconnaissance faciale. Une vaste ambition politique de contrôle de la société

A l’automne dernier tous les médias français faisaient état de l’explosion de la reconnaissance faciale en Chine décrivant la dérive politique d’un système de surveillance généralisé ne limitant plus son emprise à la lutte contre la délinquance et le terrorisme, mais visant à un contrôle sans faille et à une « mise aux normes » de la société.
Assez souvent, dans une proportion qui reste cependant difficile à déterminer, la classe moyenne semble approuver ces frénésies de surveillance confinant à un quadrillage de plus en plus serré de la population, laissant parfois percer un arrière-plan moralisateur ne rejetant pas la délation pour dénoncer les déviants. Une enquête sur place des correspondants de Question (...)

Nettoyage de la capitale et expulsions. Incendie et polémiques. Les migrants, « citoyens de seconde zone »

Il fallait s’y attendre. La campagne de nettoyage de la capitale et d’évictions des migrants menée avec détermination et efficacité par la mairie de Pékin, mais, au total, assez peu attentive aux réactions des expulsés, vient de produire un premier retour de flamme.
Le 10 décembre jour anniversaire des « droits de l’homme » institué par l’ONU, au village de Feijia 费家村 – feijia cun - (le village des artistes) situé au-delà du 5e périphérique au nord-est de la capitale, des centaines de manifestants se sont rassemblés pour protester contre la destruction de leurs habitations et de tout un quartier transformé en zone sinistrée par les engins de terrassement.
Alors que les manifestants brandissaient des (...)

La culture « Sang 丧 », entre dérision, cynisme et rébellion

Quand les observateurs occidentaux évoquent la Chine, ils le font souvent en référence à sa puissance, soit que celle-ci est vue comme « une menace », soit qu’elle répond à un besoin de trouver ailleurs que dans les références occidentales un standard de succès dont les normes et le chemin seraient différents, articulés à d’autres références culturelles.
Le débat sur « l’altérité de la Chine » est aussi ancien que la sinologie et il ne sera pas clos de si tôt. D’autant que le pouvoir politique chinois vient lui-même de le relancer en traçant un chemin de développement « aux caractéristiques chinoises » à l’écart des standards occidentaux du droit et de la justice, rejetant aux calendes grecques les principes (...)