Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société : derniers articles publiés.

Le projet de corriger la forte proportion de femmes dans l’enseignement objet de controverses

Le 31 mai dernier, Chu Chaohui 储朝晖, chercheur à « l’Institut national des sciences de l’éducation 中国 教育 科学 研究院 », jetait un pavé dans la mare des débats féministes en pointant du doigt dans le journal « Guangming » « le déséquilibre important » au profit des femmes dans le corps enseignant des écoles élémentaires et des lycées. « 中小学男女教师比例失衡. » Il souligne que « ces dernières années le problème s’est aggravé 近年来,这一问题愈加凸显 ».
La proportion des enseignantes dans les lycées, les collèges et les écoles primaires du pays est respectivement de 54,37%, 57,8% et 70,02%. Dans les écoles maternelles, elle atteint 98%. Comparée à il y a vingt ans, dit Chu, le nombre d’enseignants de sexe masculin dans toutes les classes a diminué de près de 20% (...)

Tensions sur l’emploi des jeunes diplômés

Alors qu’en période normale d’expansion de leurs affaires les groupes industriels du secteur des hautes technologies comme FOXCONN ou APPLE sont de gros pourvoyeurs d’emplois pour les jeunes diplômés, début mai l’usine de FOXCONN à Zhengzhou annonçait que suite aux restrictions imposées par le Parti pour freiner l’épidémie de covid-19, elle avait été contrainte de suspendre ses recrutements.
La situation de FOXCONN n’est pas isolée. Selon les statistiques chinoises, en avril, le nombre total d’offres d’emploi a chuté de 18% par rapport à la même période de 2021. La situation a poussé le gouvernement à prodiguer des allocations de secours aux chômeurs, y compris aux migrants intérieurs et des aides aux jeunes (...)

A huit mois du 20e Congrès, douleurs et ajustements de la « stratégie-forteresse » de « zéro-covid »

Depuis la mi-mars, deux années après la déclaration de « victoire » du Président Xi Jinping sur le virus et 25 mois après le décès du Dr Li Wenliang, l’ophtalmologue lanceur d’alerte harcelé par la police du régime en pleine occultation de la pandémie (lire : Covid-19 : La démocratie, l’efficacité politique et l’attente des peuples et Affaibli à l’intérieur, le parti redore son blason dans le monde), le pouvoir chinois est confronté aux conséquences de sa stratégie « Zéro Covid ».
Même s’il a récemment introduit un aménagement de souplesse, la tentation du confinement massif reste toujours le premier réflexe. Alors que les pays jusque-là les plus sévèrement contrôlés, comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la (...)

Explosion épidémique à Hong Kong

En février Hong Kong a été touché par la pire vague de contamination et de décès depuis le début de la pandémie. Alors que le nombre de décès journalier n’avait jamais dépassé sept – c’était le 9 août 2020 -, depuis la mi-février il dépasse régulièrement plusieurs dizaines.
Le 27 février, le bilan était de 83 morts. Les tests révèlent des records de contamination dont le nombre a bondi de moins de 1500 début janvier à plus de 150 000 à la fin février.
Alors que les cadavres s’entassaient sur des civières dans les couloirs des hôpitaux, après le décès de plus de 400 personnes lors de la semaine du 21 février, les responsables déclaraient qu’ils avaient du mal à transporter assez rapidement les morts vers les trois (...)

Confinement strict à Xi’an. Les responsable sanctionnés

Depuis le 22 décembre, multipliant les campagnes de tests et contrôlant strictement les entrées et les sorties de la ville, les autorités chinoises durcissent le confinement des 13 millions d’habitants de Xi’an, appelés à rester chez eux.
L’épisode déclenché, après la découverte le 19 décembre de 155 nouveaux cas dans la cité du Tombeau du 1er Empereur, met au défi le pari de la stratégie de « zéro covid » en amont des JO d’hiver. L’ancienne Chang’an (paix éternelle) à l’extrémité orientale de l’ancienne route de la soie, ancienne capitale dynastique est le premier centre urbain de Chine aussi sévèrement confiné à depuis 2020.
Depuis que le coronavirus est apparu pour la première fois à Wuhan fin 2019, la Chine (...)