Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Technologies - Energie : derniers articles publiés.

La marine chinoise lance deux destroyers géants

Alors qu’appuyée par l’armée de l’air (1), la marine chinoise, augmentant ses pressions militaires sur Tsai Ing-wen, venait d’achever une série d’exercices dans les détroits de Taïwan et de Luçon séparant le sud de l’Île de l’archipel des Philippines, les chantiers navals de Dalian lançaient le 3 juillet deux destroyers de fort tonnage équipés de systèmes élaborés des défense anti-aérienne longue portée, de missiles antinavires et d’équipements de lutte anti-sous-marine.
Le lancement de ces bâtiments de plus de 12 000 tonnes, plus gros que n’importe quelle unité de combat de la marine française hormis le PA Charles De Gaulle, au tonnage plus important que celui des plus puissants croiseurs américains de la classe (...)

Le sud du Cambodge, « comptoir colonial » chinois, point d’appui des « routes de la soie digitales »

Cette note qui met l’accent sur les investissements d’infrastructure et le versant technologique de l’emprise chinoise au Cambodge, complète l’éditorial décrivant « le sillage scabreux des routes de la soie » en pays khmer. L’implication de Pékin dans son arrière cour ancestrale qu’est le Royaume a provoqué une « déferlante » chinoise – 87 vols directs hebdomadaires venant de Chine -, attirée dans la région de Sihanoukville par le tourisme et une quarantaine de casinos.
La vague crée dans l’ancien port de pêche ouvert sur le golfe de Thaïlande un déséquilibre démographique assorti de désordres publics et de trafics en tous genres (prostitution, drogue, réseaux de « mères porteuses ») dont l’ampleur avait (...)

L’Intelligence artificielle, nouvel enjeu de la compétition Chine – Etats-Unis

« Les “nouvelles routes de la soie“ sont la plus vaste et la plus efficace plateforme de coopération internationale », faisant de Pékin « la force la plus active pour l’instauration d’une gouvernance globale propre à résoudre les défis du monde ». (…) Ainsi la Chine a « augmenté son droit de poser les règles du fonctionnement des Affaires du monde et est désormais capable de proposer un modèle de modernisation efficace aux pays en développement ».
Ainsi s’exprimait Wang Yi, le ministre des Affaires étrangères chinois lors du 19e Congrès à la mi-octobre 2018.
Ce thème a été repris par Xi Jinping le 23 juin. S’adressant au Comité permanent du Bureau Politique réuni à propos des stratégies étrangères du pays, (...)

L’énergie globale, selon China State Grid

S’il fallait un exemple concret illustrant la pensée chinoise diffusant à partir d’un centre politique une vision globale et normative du monde, articulée à des intention morales édifiantes, on citera le discours du 8 septembre 2016 de Liu Zhenyua (刘 振 亚), 66 ans, membre suppléant du Comité Central et, à l’époque, président de China State Grid Corporation CSGC– 中国国家电网 –.
A la tête du plus grand gestionnaire de réseau et de distribution d’électricité de la planète, Liu enveloppait la présentation des projets globaux de son groupe dans une vision humaniste de portée planétaire où la puissance d’interconnexion énergétique chinoise capable de distribuer l’électricité globale à partir de centres de production propres, (...)

Une station chinoise sur la lune en 2030

Les programmes spatiaux inscrits dans le « rêve chinois » et la « renaissance de la nation chinoise » portent tous des noms de légende.
Ainsi du programme d’exploration de la lune, dont le module est baptisé « Chang E 嫦 娥 », du nom de la déesse patronne des fêtes du 8e mois lunaire, épouse de l’archer Yi ayant abattu neuf soleils, exploit pour lequel il reçut l’élixir d’immortalité. Pour échapper à la jalousie de Fengmeng, un disciple de Yi qui, en son absence voulut dérober l’élixir, Chang’E, le but elle même et disparut vers la lune.
Trois modules lunaires portent son nom : Chang’E 1 – robot spatial lancé en 2007 -, Chang’E 2, vaisseau inhabité, lancé en 2010 et Chang’E 3, module posé sur la lune en 2013 (lire (...)