Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Economie

Avis de tempête économique

Le 19 décembre le « Global Times » publiait un étrange éditorial intitulé « L’économie chinoise n’est pas au bord du gouffre ». Immédiatement certains commentateurs supposèrent qu’il y avait anguille sous roche et quelques raisons de s’inquiéter.

En fait, le Parti réagissait à des analyses extérieures négatives, appuyées sur les chiffres du Bureau National statistiques publiés le 14 décembre, exprimant un freinage de la consommation intérieure et la prévision d’une croissance en 2018 inférieure aux attentes.

A ces nouvelles en demi-teinte, s’ajoutait la brutale révélation de Xiang Songzuo (向松祚), professeur d’économie à l’Université du peuple qui, citant un institut de recherche dont il n’a pas révélé le nom, mettait les pieds dans le plat, en rappelant – ce que nombre d’économistes répètent depuis longtemps – que les chiffres de la croissance étaient surévalués, la réalité étant qu’au lieu des 6,5% annoncées, elle se situerait plutôt autour de « 1,67%, voire moins ».

Pour le Global Times qui accusa le professeur Xiang de « mépriser le travail des statisticiens chinois », l’ambiance pessimiste fut aggravée par les « mauvaises langues » diffusant sur Internet un état d’esprit qui n’épargna pas l’administration accusée de cacher les réalités du freinage économique.

Venait ensuite, sans cependant élaborer les détails, la reconnaissance de « réelles difficultés » énoncées en vrac, dans « le secteur de la finance, du niveau de vie et des sentiments de l’opinion », causées non seulement par la situation internationale, mais aussi par la transition économique en cours.

Puis, sans surprise, le rappel, adressé à Xiang, de la nécessaire « objectivité des chercheurs » qui « devraient analyser la situation du pays avec calme ». Fait intéressant, l’admonestation était cependant immédiatement corrigée par une remarque à l’intention de l’administration et de la presse, soulignant qu’il était nécessaire de ne pas éluder les informations négatives et de s’en tenir aux faits.

Haro sur la bureaucratie.

Si, à cette remarque donnant tout de même corps aux accusations de manipulation des statistiques, on ajoute la conclusion de l’article dénonçant sans détour le « formalisme de la bureaucratie » jouant, dit l’auteur, « un rôle détestable dans l’érosion de la confiance publique qu’il devient urgent d’éliminer toutes affaires cessantes », on ne peut manquer de constater que ces nervosités ponctuées par des accusations publiques de la bureaucratie signalent, malgré l’affichage de sérénité, une tension interne.

D’où la dernière phrase sibylline de l’article soulignant sous forme de mise en garde que « si elle n’était pas contrôlée rapidement, l’interaction entre l’économie et l’opinion pourrait déboucher sur une sérieuse crise politique ». A bon entendeur salut.

*

En attendant de savoir si les prochaines initiatives du contrôle d’internet et des réseaux sociaux ne seront pas de jeter un voile sur les commentaires économiques pour éviter un emballement dangereux de l’opinion, essayons d’analyser ce qu’il en est en réalité.

D’abord à partir de l’exposé de Xiang Songzuo du 16 décembre, ayant en plus de la révélation des chiffres réels de la croissance très vivement et sans détours mis à jour quelques dysfonctionnements et contradictions de l’économie chinoise expliquant selon lui le freinage de la croissance, également du à des « erreurs d’appréciation de la situation par la direction du pays. »


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Ralentissement et repliement, angoisse financière et morosité de l’opinion au milieu des tensions internationales

Selon le BNS, la reprise se confirme. L’immobilier reste un point noir

Restaurer la confiance des Occidentaux, l’insistante priorité du régime

La reprise est difficile et le chemin du réajustement socio-économique laborieux

Dans l’urgence d’un branle-bas, He Lifeng prend la tête de la Commission Centrale des finances