Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Economie

Ralentissement et repliement, angoisse financière et morosité de l’opinion au milieu des tensions internationales

L’état de l’économie chinoise est en ce moment l’objet d’informations discordantes.

L’Indice PMI de « S&P Global » publié par le magazine Caixin était évalué à 51,8 en juin, au-dessus des prévisions des experts et en amélioration continue depuis six mois, alors que la mesure chinoise du Bureau National des Statistiques (BNS) était moins optimiste.

Sans changement depuis le mois de mai, le PMI du BNS était de 49,5, en juin, signifiant toujours une contraction du système productif. L’écart, disent les spécialistes, tient a la différence des domaines couverts par les deux analyses.

Quand S&P publié par Caixin s’intéresse à l’export, le BNS calcule l’état de la production industrielle des secteurs traditionnels de l’acier, du ciment et de la chimie, plus vulnérables à la fluctuation des investissements.

La discordance des mesures reflète la situation du pays où l’indice de confiance des consommateurs en chute libre stagne au plus bas, passé de l’indice 121 en janvier 2022, à 88 en avril 2024. En même temps, la croissance de la production industrielle était en mai 2024, également au niveau le plus médiocre depuis juillet 2023, à seulement + 0,3 %.

Dans ce domaine des performances de l’appareil productif, le contexte général est que la reprise reste instable avec une croissance fluctuante de + 1,16% en janvier 2024, mais seulement de + 0,56, le mois suivant et même négative en mars 2024 à moins 0,08 %, avant de reprendre à + 0,97 % en avril 2024, pour retomber à nouveau à seulement + 0,30 % en mai et juin.

Le rythme de croissance des exports, point fort toujours positif, est également hésitant. En mai dernier, après une période de fort recul de juin à octobre 2023, suivie d’une expansion moyenne de + 4% de novembre 2023 à février 2024, en mai 2024, la croissance par rapport à mai 2023 était de + 7,6%, après un nouveau « trou d’air  » négatif à moins 7,4% en mars.

Mais globalement, les indicateurs résolument positifs depuis 2003, avec cependant des forts reculs en 2011 et 2018, sont ceux de l’excédent commercial à + 386 Mds de $ en 2023, après un pic à + 577 Mds de $ en 2022. Encore cet atout est-il aujourd’hui l’objet d’une inquiétude directement liée à la hausse des taxes infligées aux exportations chinoises aux États-Unis et en Europe.

Guerre des taxes et contre-offensive chinoise.

Dans la guerre commerciale en cours avec Bruxelles qui, depuis le 5 juillet, envisage de taxer les VE chinois à 48 %, Pékin a, le même jour, annoncé une riposte. Parmi les cibles visées, plusieurs marques de spiritueux français, comme Pernod Ricard, Remy Martin Jas Hennessy & Co qui protestent en expliquant que leurs produits sont vendus en Chine en deçà prix du marché.

Selon le Global Times, Pékin viserait aussi la viande de porc et les produits laitiers. De toute évidence, les menaces de représailles tentent de décourager la détermination douanière anti-dumping de la France et de l’Espagne exportateurs de produits agricoles et d’alcool, alors que les industriels allemands font pression sur Bruxelles pour éviter une guerre de taxes.

La menace de frapper aussi l’industrie automobile à essence ne fera que conforter les Allemands dans l’idée que la guerre commerciale avec la Chine est une manœuvre imprudente.

A Bruxelles, une autre investigation en cours concerne l’invasion du marché européen par des micro-processeurs chinois de la génération précédente, de moindre finesse, moyen de contourner l’embargo et que nombre de secteurs européens de l’aérospatiale, de l’automobile, des technologies de la santé et de l’énergie, continent sans le dire à importer de Chine.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Selon le BNS, la reprise se confirme. L’immobilier reste un point noir

Restaurer la confiance des Occidentaux, l’insistante priorité du régime

La reprise est difficile et le chemin du réajustement socio-économique laborieux

Dans l’urgence d’un branle-bas, He Lifeng prend la tête de la Commission Centrale des finances

Freinage. Causes structurelles ou effets de mauvais choix politiques. Doutes sur la stratégie de rupture avec la Chine