Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

Asie du Nord-Est. Pékin à la manœuvre. Faux semblants et réalités

Séoul sensible aux séductions chinoises.

Vétéran de l’analyse stratégique de l’Asie du Nord-est et fin observateur du détail des relations trilatérales, Nakazawa note les déclarations chinoises selon lesquelles Moon Jae-in aurait accepté de reconnaître que les questions de Hong Kong et des Musulmans du Xinjiang étaient strictement des affaires intérieures chinoises, ont provoqué un malaise à Séoul.

La nouvelle qui pour Pékin valait en politique intérieure un démenti des attaques occidentales contre la Chine, a fait la une du Quotidien du Peuple le 23 décembre. Elle a été abondement relayée sur les téléphones portables par les réseaux sociaux chinois.

Mais, signe que les présentations officielles de Pékin n’ont pas reçu l’aval de la Maison Bleue, celle-ci expliquait que Moo Jae-in s’était contenté « d’écouter attentivement les explications de Xi Jinping ». Nakazawa souligne aussi que l’apparente bienveillance de la Corée à l’égard de Pékin pourrait avoir été motivée par la nécessité d’un succès international du Président.

Suivaient une description de l’affaiblissement en politique intérieure de Moon Jae-in, aux prises avec un freinage de l’économie et la crise politique de l’ancien ministre de la justice Cho Suk, accusé de corruption et contraint à la démission [3].

La difficile préparation du Voyage de Xi Jinping au Japon.

Le traitement médiatique réservé par la presse officielle chinoise à Shinzo Abe après sa rencontre avec Xi Jinping fut moins hyperbolique. A propos des Musulmans du Xinjiang, le Premier Ministre japonais a en effet exhorté le Président chinois à plus de transparence sur la condition des Ouïghour. Il s’est aussi montré plus circonspect dans la rédaction du communiqué commun.

Surtout, l’allusion chinoise chère à Xi Jinping évoquant la construction « d’une communauté humaine partageant le même avenir - 推动构建人类命运共同体- » a été évacuée des échanges.

La formule qui ne recueille pas la faveur des Japonais est aussi au cœur des controverses entre Tokyo et Pékin qui préparent un communiqué commun à l’occasion de la prochaine visite de Xi Jinping au Japon en avril prochain.

Pékin souhaite en faire un jalon significatif du rapprochement sino-japonais, marquant par un « 5e document conjoint » un progrès depuis le « 4e », signé lors de la visite de Hu Jintao qui se contentait d’évoquer une « relation stratégique mutuellement bénéfique. »

La partie chinoise espère ainsi une formulation sous la forme « d’un emballage global » où figureraient à la fois « le futur de l’humanité » et les « Nouvelles routes de la soie », épines dorsales de la politique étrangère de Xi Jinping qui voit la « nouvelle ère chinoise » comme un des moteurs de l’avenir d’un monde solidaire.

Logiquement, Tokyo méfiant à l’égard de l’éventuelle hégémonie du modèle chinois, est réticent. Pour le moment, les marchandages politiques - expressions des rivalités et des sous-entendus stratégiques - ont réussi à produire le compromis d’une déclaration conjointe évoquant seulement la « responsabilité partagée pour la paix et la stabilité en Asie et dans le monde ».

*

Ce n’est pas fini. Lucide, Nakazawa évoque les très sérieuses tensions récentes ayant entouré l’arrestation depuis 2015 par les services chinois de 10 japonais accusés d’espionner la Chine.

Le 8 novembre dernier Takuma Sakuragi 76 ans, ancien député de Tokyo, en prison pour trafic de drogue a été condamné à la prison à vie par une cour de Canton. Arrêté en octobre 2013 a l’aéroport avec 3,3 Kg de méthamphétamine dans sa valise, il dit avoir été manipulé par des trafiquants.

Certes, dit Nakazawa, le 15 novembre dans un geste de bonne volonté, Pékin a fait libérer Nobu Iwatani, 42 ans, professeur à l’Université de Hokkaido arrêté en septembre pour espionnage. Mais il ajoute que 9 autres sont encore en prison.

Au Japon, les anti-chinois ne désarment pas. En novembre le parti communiste japonais a dénoncé les intrusions navales chinoises dans les eaux japonaises des Senkaku, fustigé « l’hégémonisme » de la Chine et vertement critiqué son attitude à Hong Kong et au Xinjiang.

Dures réalités. Wang Qishan l’ami du président en 1re ligne.

Pour Xi Jinping l’enjeu japonais est crucial. Il est à la fois l’espoir d’un contrepoids à Washington et le symbole du succès de sa politique étrangère. L’importance que le n°1 chinois y accorde est attestée par l’envoi au Japon du vice-président Wang Qishan.

Le plus proche fidèle du président chinois était à Tokyo le 23 octobre dernier à l’occasion de l’avènement de l’empereur Naruhito. Le 6 décembre, à la demande de Xi Jinping, il rencontrait à Zhongnanhai, Shigeru Kitamura Président du Conseil de sécurité japonais. Sa mission est claire : trouver le moyen d’apaiser la relation sino-japonaise et préparer la visite à Tokyo de Xi Jinping en avril.

La tâche n’est pas simple.

S’il est vrai que l’effervescence anti-japonaise qui avait secoué la Chine en 2012 s’est calmée, les tensions sous-jacentes demeurent d’autant plus qu’aucun des contentieux de fond n’a été résolu. A commencer par la puissante rivalité stratégique attisée par l’alliance entre Tokyo et Washington.

Le professeur Lim Chuan-tiong chercheur au centre de recherche sur le Japon de l’Université de Wuhan, le reconnaît : « Combien de temps durera le rapprochement sino-japonais qui dépend étroitement de la rivalité entre Pékin et Washington ? ».

La conclusion de l’analyse revient au fond des choses que nombre de chercheurs rappellent. Les élans chinois à l’adresse de Tokyo sont conjoncturels et d’abord motivés par le freinage économique chinois et les tensions sino-américaines.

« Paradoxalement, si l’économie chinoise recommençait à être florissante et que les relations avec les États-Unis se stabilisaient, aux yeux de Pékin la valeur stratégique du Japon diminuerait considérablement. » (…)

« La vague de manifestations anti-japonaises qui a déferlé sur la Chine il y a sept ans a montré à quel point les liens peuvent s’effilocher. Telle est la dure réalité de la politique internationale. »

Note(s) :

[3Alors que sa femme Chung Kyung-sim, professeur d’université était arrêtée et mise en accusation pour favoritisme académique au profit de sa fille, le 14 octobre, accusé de corruption, Cho Kuk a démissionné de son poste de ministre de la justice au milieu de manifestaions rivales des ses appuis et de ses opposants.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Comment Xi Jinping voit le rapprochement stratégique entre Vladimir Poutine et Kim Jong Un ?

Le semi-échec du sommet suisse sur l’Ukraine et la vaste ambition de médiateur global de Xi Jinping

« Dialogue de Shangri-La »- Dialogue de sourds- L’agressivité anti-occidentale de Pékin devient planétaire

Voyage de Xi Jinping dans une Europe désunie. Au-delà des postures, le coup de froid avec Bruxelles et la longue rémanence des intérêts nationaux chinois

Antony Blinken en Chine. Sous la surface des bonnes paroles, les braises de fortes tensions