Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Album

« La belle du temple hanté » de Nie Chongrui

« La belle du temple hanté » est une très belle bande dessinée en noir et blanc de Nie Chongrui (112 pages - 12,50 € - ISBN 2-940380-37-4) parue le 15 mars 2007 chez Xiao Pan (3 extraits disponibles).

Voir la biographie et la bibliographie de Nie Chongrui.

Tout comme « Le fils du marchand », c’est un conte traditionnel chinois écrit par Pu Songling (XVIIe siècle) et adapté par Nie Chongrui mais bizarrement, le format de cette bande dessinée est de 18 x 24 cm et c’est vraiment dommage qu’elle ne soit pas à la même dimension que les autres grands volumes (22 x 30 cm) de [Xiao Panhttp://www.xiaopan.com/index.php]...

Je remercie M. de m’avoir offert cette bande dessinée car c’est le plus beau manhua que j’ai lu : les dessins sont grandioses, fins, détaillés et il peut véritablement rivaliser avec un beau manga.

En début de volume, l’itinéraire et les repérages pour la création de cette bande dessinée sont à découvrir avec des photos et des dessins.

Si vous avez lu « Le fils du marchand », vous vous rappelez sans doute que le héros, un enfant doit libérer sa mère asservie charnellement par un maléfique esprit-renard alors que son père est en voyage d’affaire et que la touche d’érotisme faisait de cette histoire un conte pour adultes.

Dans « La belle du temple hanté », pas d’enfant mais les mêmes symboles : le voyage, le temple, les animaux, les esprits maléfiques, une belle femme à délivrer, un peu de violence et d’érotisme. Ning Caichen est un jeune artiste toujours par monts et par vaux à la recherche de somptueux paysages à peindre. Un jour où il est pris par l’orage, il s’abrite dans un temple qui semble abandonné et y fait sécher ses vêtements et ses peintures. Pendant qu’il observe les beautés qu’il compte dessiner (statues, fresques, bâtiments), il est surpris par un renard (trop drôle, le renard souriant, page 19) et découvre qu’un autre visiteur occupe le temple, Yan Chixia, ainsi que de nombreux animaux sauvages. D’ailleurs la nuit, il se passe des choses étranges, à tel point que deux autres voyageurs sont retrouvés morts et que le fantôme de Nie Xiaoqian morte à l’âge de 18 ans hante le temple.

J’avais lu un jour que pour découvrir un pays, il faut s’imprégner de ses contes et légendes. Et effectivement, avec « La belle du temple hanté » et « Le fils du marchand », c’est un peu de la Chine qui s’invite chez vous pour votre plus grand bonheur.

La belle du temple hanté

de Nie Chongrui.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

« So Long My Son » de Wang Xiaoshuai

« L’usage du Tao » par Patrice Fava

Retour sur la 5e génération de cinéastes chinois

« La terre à la dérive » : Une superproduction chinoise

123e édition de “Bruits de Chine”