Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Economie

La reprise se confirme au milieu d’une baisse des investissements extérieurs. Les ténors taïwanais de l’assemblage high-tech cherchent des alternatives à la Chine

A un peu plus de cinq mois de la sortie abrupte du confinement total, le paysage de l’économie chinoise reste contrasté. A l’étage macro-économique, le FMI estime qu’au cours des cinq prochaines années, la Chine continuera d’être le principal moteur de la croissance globale à hauteur de 22,6%, contre seulement 11,3% pour les États-Unis.

Les plus importants signaux de ce dynamisme global sont, malgré le ralentissement général des échanges, un excédent commercial sans équivalent dans le monde à plus de 876 Mds de $ en 2022 et la puissance des investissements vers l’extérieur, depuis vingt ans, en moyenne à plus de 150 Mds de $ annuels, n°2 mondial derrière les États-Unis à 300 Mds.

Alors que le ralentissement de la demande occidentale pèse sur les termes de l’échange et les revenus du pays, la consommation intérieure donne des signes de reprise.

Début mai, la fréquentation des restaurants, le nombre de voyages en Chine de « la semaine d’or » qui a atteint 274 millions (+19% par rapport à 2019) ayant dépassé le chiffres pré-pandémiques, sont des indicateurs nets d’une vigoureuse relance de la consommation. Activée par l’accumulation de 2600 Mds de $ d’épargne forcée durant les trois années de blocage confiné, elle pourrait tirer dans son sillage une envolée du pourcentage des services dans le PIB.

Un autre point fort évoqué par QC depuis deux années est la puissance de la filière des véhicules tout électrique et hybrides, portée par les avantages des « terres rares » et du secteur des batteries.

Le fer de lance industriel des véhicules électriques.

Au dernier salon automobile de Shanghai de la mi-avril, 90% des véhicules électriques exposés étaient chinois, tandis que, globalement, les marques chinoises ont représenté 30% des ventes. A l’avenir, l’offre domestique qui foisonne se restreindra mécaniquement par le jeu de la concurrence et des regroupements.

Seuls quelques grands survivront comme BYD (Build Your Dream) dont QC documente l’émergence depuis 15 ans. Lire : Le rêve chinois de Warren Buffet et Le rêve du tout électrique de BYD. Au cœur du succès, l’esprit d’entreprise, le travail assidu et le goût du risque de Wang Chaunfu, 王传福 le PDG.

Âgé de 57 ans, devenu un milliardaire remarqué par le magazine Forbes en 2021 comme la quatorzième fortune de Chine (à 23,5 Mds de $), Wang, à l’origine un ingénieur, au statut de fonctionnaire-chercheur, a commencé sa carrière d’entrepreneur privé au milieu des années 90, avant d’être remarqué par le milliardaire américain Warren Buffet.

Sa prescience et son sens des affaires qui furent de miser sur les batteries rechargeables pouvant concurrencer les modèles japonais, lui ont permis de devenir en 2009 le n°1 mondial de batteries de téléphones portables, avant de se lancer par intuition commerciale et industrielle dans la voiture électrique.

Vulnérabilités

A côté de ces succès apparaissent des fragilités. Depuis 2020, les excédents commerciaux cachent un moindre dynamisme du commerce extérieur moteur habituel de la croissance, avec un recul de 7,9% des importations et un net freinage de la croissance des exportations mesurée en avril à +8,5% au lieu de +14,8% en mars.

A l’intérieur, la situation est dominée par la dette des institutions financières non bancaires des gouvernements locaux, parties de la finance grise [1]. Évaluée en mars 2023 à 790 Mds de $, elle porte un potentiel de contagion des risques financiers vers les banques locales les plus fragiles, au milieu d’une dette globale de plus de 10 000 Mds de $ contractée par les provinces dont les revenus liés aux ventes foncières se sont effondrés.

Tel est le contexte de la baisse palpable de l’activité économique domestique.

Elle se mesure au recul des nouveaux prêts bancaires (104 Mds de $) en avril, de près de 75% par rapport à mars, où ils étaient 400 Mds. Selon Steve Tsang, directeur du China Institute de la «  School of Oriental and African Studies  » basé à Londres, « l’économie chinoise n’est pas sur le point d’imploser, mais sa croissance s’éloigne de celle à deux chiffres des années fastes. » [2]

Replacé dans l’environnement intérieur et dans celui des relations tendues de la Chine avec l’Occident, le freinage interne s’explique d’abord par les efforts de longue durée du pouvoir pour augmenter la qualité de la production.

Une autre origine connexe de la pause du rythme productif est la bascule des paradigmes « bas de gamme  » et « industries lourdes étatiques  » vers l’innovation et les productions industrielles du futur, articulées à l’intelligence artificielle, à la robotique et aux semi-conducteurs, domaines où Xi Jinping affiche son ambition de placer la Chine en tête.

Enfin impossible de passer sous silence que le ralentissement tire aussi son origine de la récente remise en ordre politique infligée par l’appareil aux industries du numérique dont les capitalisations boursières extravagantes avaient inquiété l’appareil (lire : Raidissement marxiste de Xi Jinping. Quand la propagande se heurte aux réalités).

La frilosité des investisseurs conséquence de la brutalité de la manœuvre dont Jack Ma a fait les frais, a contraint le Parti à une marche-arrière déclarative.

C’était l’objet de la réponse du premier ministre Li Qiang à une question du Lianhe Zaobao de Singapour, lors de sa conférence après l’ANP, le 13 mars.

Elle était à la fois une amende honorable et une critique voilée de la stratégie à l’emporte-pièce de Xi Jinping : « En effet, il y a eu des discussions erronées sur les entrepreneurs privés l’année dernière, ce qui les a inquiétés. » (…) « En fait, la position du Comité central concernant le développement du secteur privé est claire. Les 19e et 20e réunions de la Conférence Économique Centrale l’ont clairement réaffirmée. Notre engagement à cet égard est sans équivoque et constant. »

Il reste que le souvenir d’une intervention politique de l’exécutif sans mesure dans l’économie a laissé des traces chez les acteurs privés. Le premier effet accéléré par les tensions sino-américaines et le durcissement de Pékin à l’égard de Taïwan, est d’initier un mouvement de retrait des grands investisseurs en Chine partis à la recherche de solutions alternatives dans un contexte où monte une nervosité néfaste au climat des affaires.

Note(s) :

[1Il s’agit des crédits non régulés par les institutions financières officielles dont l’exubérance peut, par contagion, menacer la santé des banques publiques.

Avec une croissance deux fois supérieure au volume de prêts officiels accordés par les banques institutionnelles, les crédits de la finance grise représentent selon le FMI 35% du PIB.

On y trouve les « tontines » familiales ou villageoises, les prêts opaques que les grands groupes s’accordent entre eux, ceux accordés hors bilan par les banques officielles, et ceux octroyés par les organismes de financement liés aux provinces en dehors des règles prudentielles imposant un ratio minimum entre les prêts accordés et les fonds propres.

[2En réalité, après un pic à +14, 23% en 2007, depuis 2010, où elle était à +10,64%, la croissance baisse régulièrement pour des raisons structurelles. En 2019, elle était à +5,95%. L’année suivante le confinement strict l’a précipitée à seulement +2,24%. L’année 2021 a été marquée par une vigoureuse reprise à +8,11%. En 2022, elle était retombée à +3%, manquant nettement l’objectif de +5,5% fixé par le pouvoir.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Selon le BNS, la reprise se confirme. L’immobilier reste un point noir

Restaurer la confiance des Occidentaux, l’insistante priorité du régime

La reprise est difficile et le chemin du réajustement socio-économique laborieux

Dans l’urgence d’un branle-bas, He Lifeng prend la tête de la Commission Centrale des finances

Freinage. Causes structurelles ou effets de mauvais choix politiques. Doutes sur la stratégie de rupture avec la Chine