Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

Ukraine : La Chine n’aidera pas la Russie à vaincre. Mais elle est décidée à empêcher sa défaite

Neutralité de façade et augmentation des relations commerciales.

Tous les services occidentaux l’attestent. La Chine n’a, à ce stade, pas livré d’armes létales à la Russie.

Mais ses achats de gaz et de pétrole bon marché ont augmenté au point que la Russie a dépassé l’Arabie saoudite comme premier fournisseur de pétrole, faisant de la Chine l’une des principales sources russes de devises, dans un contexte où les relations commerciales sino-russes ont augmenté de près de 35,9% en 2022, pour, selon les douanes chinoises, atteindre 190 Mds de $.

Du coup, optimistes, Pékin et Moscou estiment qu’en 2024, leur commerce bilatéral pourrait atteindre 250 Mds de $, très au-dessus des prévisions initiales de 200 Mds de $.

Le commerce sino-russe se décline d’abord autour des exportations de pétrole (dont 40% est livré par l’oléoduc « East Siberia  » long de 4070 km financé par 50 Mds de $ de prêts chinois) et de gaz (dont la Russie est le 3e fournisseur) livré par le gazoduc « Power of Siberia  » à 400 Mds de $, opérationnel depuis 2019, dont le débit devrait monter à 38 Mds de m3 en 2025 (lire : Chine – Russie. Contrats de gaz).

Moscou qui est aussi le 2e exportateur à la Chine de charbon, envisage de construire « Power of Siberia 2 ». Avec une capacité annuelle augmentée à 50 m3, il traversera la Mongolie.

Lors de leur rencontre « de l’amitié éternelle  » à Pékin le 4 février 2022 (lire : Mise en scène stratégique sino-russe dans le cadre gandiose des JO), Xi Jinping et V. Poutine avaient présidé à la signature de nouveaux accords de gaz et pétrole d’une valeur de 117 Mds de $.

Parmi eux, prolongement d’un accord précédent, un contrat de 80 Mds de $ entre CNPC et Rosneft dirigé par Igor Sechin, viel ami de Vladimir Poutine, pour la livraison de 100 millions de tonnes de pétrole en dix ans via le Kazakhstan.

Le reste, concerne les importations d’étain (4 Mds de $ en 2022), de soja qui devraient atteindre 3,7 millions de tonnes en 2024 (six fois plus qu’en 2022), de viande de bœuf, de blé et de farine, de poissons et d’huile de tournesol.

Enfin, la Chine qui vend annuellement à la Russie pour un total de 67,6 Mds de $ (en hausse de 34% en 2022), des équipements industriels et de transport, des téléphones portables et des produits de consommation courante, est aussi le premier pourvoyeur de prêts par ses banques d’État à hauteur de 125 Mds de $ pour une centaine de projets depuis 2000.

Devenu depuis près de dix ans une source majeure de pétrole, de gaz, de charbon et de produits agricoles pour la Chine, la Russie enregistre donc avec elle un important excédent commercial de 38 Mds de $, quand la plupart des Occidentaux accusent au contraire un déficit.

L’observation vaut même pour l’Allemagne.

Habituellement en meilleure posture en Chine, Berlin accuse, avec 84,3 Mds de $ en 2022, son plus grand déficit depuis 1950. Pour mémoire, le déficit commercial français avec la Chine a, en 2022, atteint les abysses avec 39,6 Mds de $, soit près de six fois celui de 2000.

Paradoxalement par ces temps de sanctions, la Russie a en 2022 enregistré un excédent commercial record de 333,4 Mds de $. Quant à la Chine, elle est toujours le champion mondial du commerce avec 877,6 Mds de $ d’excédents, record absolu.

Enfin, depuis 2010 Moscou et Pékin ont décidé d’utiliser leur propre monnaie, en paiement de leurs échanges. Quatre ans plus tard le projet entrait concrètement en application par un accord « swap », reconduit en 2020 entre les deux banques centrales pour régler leurs transactions en Roubles ou en Yuans.

Signe que la bascule prend racine, en 2021, la devise chinoise comptait pour 13,1% des réserves étrangères de la banque centrale russe contre seulement 0,1% en juin 2017. Dans le même temps ses réserves en $ tombaient de 46,3% en 2017, à 16,4% en juin 2021.

*

Le tableau ainsi brossé décrit un affichage stratégique sans ambiguïté aux côtés de Moscou dans une vaste entreprise d’ébranlement de l’ordre mondial dominé par l’Occident. Militairement, rappelé par V. Poutine à Li Shangfu, les coups de boutoir anti-occidentaux se concrétisent par la répétition d’exercices conjoints aéroterrestres et maritimes y compris en Extrême Orient où Moscou appuie sans réserve « la politique d’une seule Chine  » dans le Détroit de Taïwan.

Mais le soutien à Vladimir Poutine qui comporte aussi la cristallisation d’une ampleur inédite de vastes échanges commerciaux dont les deux tirent profit pour accumuler d’importantes réserves de change, n’est pas sans limites.

Il s’arrête là où les intérêts chinois pourraient être menacés par des sanctions occidentales touchant ses capacités d’exportations sur les marchés européen ou américain avec qui l’ampleur cumulée des échanges annuels voisine les 1500 Mds de $ (690 Mds de $ avec les USA et 945 Mds de $ avec l’UE) et un excédent commercial avec les deux de plus de 800 Mds $, source essentielle des réserves de change chinois.

Filet de sécurité du régime en cas de coup de tabac politique, à la fin février 2023, elles avaient atteint 3133 Mds de $ [1].

Intérêts et limites du soutien chinois à la Russie.

Quand la Chine et la Russie se retrouvent dans leur bataille stratégique commune contre la prévalence américaine et Occidentale, Pékin apprécie le soutien affiché de Moscou dans ses revendications en mer de Chine du sud et dans le Détroit de Taïwan.

En Russie, les groupes chinois ont occupé la place laissée libre par les Occidentaux, coréens ou japonais menacés de sanctions. Derniers exemples en date, les portables Chinois Xiaomi et Realme tiennent maintenant le haut du pavé devant Apple et Samsung.

Pékin reste cependant prudent.

Bruxelles et Washington traquent les filières parallèles ayant réussi à infiltrer en Russie des technologies sensibles, telles que des systèmes de navigation pour drones, ou de conduite de tir pour chars de combat fabriqués par NORINCO.

Le 12 avril, les États-Unis et le Royaume-Uni ont imposé de nouvelles sanctions à 120 entités soutenant la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine, y compris aux filières de de contournement de l’embargo. Parmi elles, à l’évidence au moins un défaut de discrétion, peut-être une fausse manœuvre, une société chinoise ayant fourni au groupe Wagner des images satellites sur les positions ukrainiennes.

L’efficacité des sanctions américaines en question.

Mais, selon les stratèges américains eux-mêmes, il est peu probable que la menace de sanctions parvienne à modifier fondamentalement la relation entre Pékin et Moscou, désormais articulée à une solide connivence stratégique appuyée par une somme considérable d’échanges, des plus anodins aux plus sensibles.

Voilà longtemps en effet que les relations internationales de Pékin évoluent sous menace de sanctions américaines avec des pays ciblés par Washington, comme – pour n’en citer que quelques-uns - l’Iran, la Corée du Nord, la Syrie, le Myanmar, Cuba, le Venezuela, le Soudan et un nombre variable de pays africains -.

Les responsables américains reconnaissent que la Chine a non seulement une longue expérience de la navigation internationale « en eaux troubles  » marquée par un talent particulier pour éviter « les violations les plus flagrantes des embargos », mais dispose également d’une influence internationale et d’un poids stratégique tels qu’elle est capable d’exercer de très efficaces contre-pressions, notamment en ralliant à sa cause – c’est en cours – la vaste nébuleuse du « sud-global » et la longue cohorte des pays maltraités par les sanctions.

Note(s) :

[1Depuis 2013, Pékin s’efforce de diversifier ses actifs en réduisant de plus de 30% la part des obligations du trésor américain tombée de 1300 à 867 Mds de $, compensés par l’augmentation des obligations d’entreprises américaines et une hausse de 60% de ses achats d’or qui en 2022 ont atteint 76,6 Mds de $.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Organisation de Coopération de Shanghai, réunion de l’OTAN et front sino-russe anti-occidental

Dangereuse escalade en mer de Chine du sud

Xi Jinping accueille Vladimir Poutine à Pékin. Parfaite symbiose et risques de fausses notes

Au-delà de la reprise des contacts militaires, la lourde rivalité sino-américaine en Asie-Pacifique

Au Pakistan, des Chinois à nouveau victimes des terroristes