Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Album

Wu, le policier à la retraite et le Sniper. Polars taïwanais chez Gallimard

Il faut signaler la parution chez Gallimard, depuis septembre 2021 des deux premiers romans d’une série noire policière de Chang Kuo-li 張國立.

Né à Taïwan en 1955, Chang qui fut éditeur en chef du China Times Weekly, quotidien en langue chinoise publié à Taïwan, est un auteur à succès, linguiste, historien, poète, dramaturge et expert militaire. A ses heures, il est aussi critique gastronomique et commentateur sportif.

Il a publié plus d’une trentaine de livres, dont beaucoup ont été adaptés pour le cinéma et la télévision. « Le sniper, son wok et son fusil 狙擊手 », premier roman de la série est paru en septembre 2021.

Il s’articule autour de deux protagonistes dont les enquêtes sur des morts suspectes d’officiers de la marine taïwanaise se croisent : Wu, un détective de la police sur le point de prendre sa retraite, s’intéresse aux décès en série que le gouvernement pousse à classer comme suicides, malgré des preuves suggérant le contraire ;

et Ai Li, dit Alex, un ancien tireur d’élite. D’origine taïwanaise à la fois ancien Marine américain et ex-Légionnaire français, il vit à Rome. Après avoir été tiré de sa retraite par les services secrets pour éliminer un conseiller en stratégie en communication du Président taïwanais, il découvre qu’il est soudain devenu lui-même une cible.

Les critiques élogieuses parlent d’un livre écrit sur un rythme haletant. Se lisant comme « un grand film d’action, rempli de complots et de nombreuses fusillades  », il offre aussi « une vision étonnement précise de la bureaucratie militaire taïwanaise. »

« Le sniper, le président et la triade 第三顆子彈 » deuxième de la série, paru en septembre 2022, met en scène le président Hsü Huo-sheng candidat à sa succession blessé au ventre durant la campagne électorale. Son rival qui devance Hsü de quelques points dans les sondages, charge le détective Wu, policier à la retraite d’enquêter.

Pour l’aider dans ses investigations qui le conduisent dans l’univers sulfureux des « Triades », Wu bénéficie là aussi de l’aide du « sniper » Ai Li, cuistot clandestin dans un bouge de Taipei que son fils « hacker » lui a présenté. Lui-même, contraint de prendre la fuite quand il s’aperçoit qu’on l’accuse d’être l’auteur de l’attentat, s’allie à Susuki, un autre tireur d’élite en cavale et lui aussi ancien de la Légion étrangère, pour aider Wu à démêler le complot.

Les retours des lecteurs sont tout aussi élogieux que pour le premier policier de la série. « Une vraie et bonne intrigue policière sur fond de politique et de spécialités gastronomiques locales.  »

*

La série policière taïwanaise de Chang qui s’installe avec succès chez Gallimard est magistralement traduite en français par Alexis Brossollet, ancien officier de marine, breveté de l’École de Guerre, licencié de Chinois des Langues’O et titulaire d’un DESS de sciences politiques et stratégiques de l’Université Paris 13.

Au passage, son œuvre de traduction qui révèle une parfaite maîtrise du Chinois, se signale à la fois par son caractère étonnamment éclectique et son souci de partager avec ses lecteurs son amour de la langue.

Outre la série noire de Chang Kuo-li chez Gallimard, ses traductions vont des œuvres de Lu Xun comme « La véridique histoire d’Ah Q » (en édition simple et bilingue aux Éditions du « Non-agir  » dont il est le fondateur), à des bandes dessinées telles que Les Martyrs des Monts No-Waang de Liu Xu, Zhou Bo chez You Feng, en passant par une série « d’enquêtes du Juge Pao », œuvres d’un auteur chinois anonyme du XVIIe siècle dont l’inspiration est le juge inflexible Bao Zheng 包拯 (999 à 1058) de la dynastie Song, célèbre pour son intégrité et son aversion à la corruption.

La mémoire du juge Bao Zheng, archétype du Juge Pao s’est récemment invitée dans le débat politique chinois.

Quand en 2017, le juge suprême Zhou Qiang avait réuni les magistrats pour leur intimer de se tenir à distance du principe d’indépendance de la justice « étranger à la culture chinoise », He Weifang, ancien professeur à Beida, activiste du droit et de la réforme de la justice depuis 1992, lui a répondu sur son blog que le Juge Bao, figure emblématique de la littérature, du théâtre et de l’opéra de Pékin, incarnait dans l’imaginaire populaire chinois le modèle du juge exemplaire enquêteur infaillible, insensible à la corruption et aux injonctions des puissants.

On notera enfin deux travaux remarquables d’Alexis Brossollet. Le premier sans équivalent à ce jour porte sur l’argot chinois et français intitulé « Petit dictionnaire français-chinois-français du mandarin pas classique - Langue familière & argotique, insultes, injures & jurons, amours & appendices -  ».

L’autre, de grande érudition, est intitulé « Divagations sur poèmes Tang & Poésie Tang dans le style anglo-saxon » est (quatrième de couverture) « une petite promenade poétique trilingue... des rives de la Mer de Chine à celles de la Mer du Nord. Traduction de douze célèbres poèmes de la dynastie Tang en français et en anglais. ».

Alexis Brossollet précise que « La traduction anglaise dans le style « anglo-saxon », avec rimes de têtes et allitérations, caractéristiques de la poésie médiévale en vieil anglais, est inspirée des œuvres de jeunesse d’Ezra Pound, auteur de traductions de poèmes chinois et de traductions en anglais moderne d’un poème en vieil anglais. »


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Une « Drag Queen » taiwanaise à l’honneur aux États-Unis

La comédienne et réalisatrice Jia Ling, « star » des réseaux sociaux

Bataille idéologique et graffitis à Brick Lane

Le rêve chinois à la gloire de Messi

C.C.Eyes only. Pour les Conseillers du Commerce Extérieur confinés à Shanghai. Chapitre VII