Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

APEC : Xi Jinping – Joe Biden, spectaculaire mise en scène d’une volonté partagée d’apaisement

Les deux hommes se connaissent depuis août 2011, quand Joe Biden Vice-président de Barack Obama avait été invité à Pékin par Xi Jinping, lui-même Vice-président de Hu Jintao. A cette époque, l’alchimie personnelle entre les deux paraissait au beau fixe et véhiculait l’espoir d’une « normalisation » à l’occidentale où les inclinations de sympathies réciproques peuvent jouer un rôle dans les stratégies des États.

Moins d’un an plus tard, en février 2012, et à huit mois de son investiture à la tête de l’appareil, Xi avait fait un voyage remarqué dans l’Iowa abondamment commenté en Occident et en Chine. On se souvient de sa visite à Muscatine au bord du Mississippi où il venait en pèlerinage nostalgique.

A cette époque, la presse officielle chinoise évoquait « une amitié ouverte, vivante et et chaleureuse de Xi Jinping, avec les habitants de Muscatine  ». Les médias citèrent notamment Sarah Lande qui fut l’hôte du futur Président venu en voyage d’études agricole en 1985. Elle se disait convaincue que « les deux peuples pouvaient respecter les différences et trouver des moyens d’apprendre et de travailler ensemble. »

Quarante ans plus tard, le 15 novembre dernier, suite à la rencontre de quatre heures entre les deux Présidents et leurs délégations, à la maison de campagne de luxe de Filoli à 40 km de San Francisco, dans le cadre du 35e sommet annuel de l’APEC, le discours commun n’a pas changé : « Il est possible de se respecter et de travailler ensemble ».

Mais l’ambiance et les rapports de forces ont changé. Aujourd’hui, les deux se défient dans une très féroce hostilité commencée par la guerre des taxes lancée par Donald Trump en 2017, illusoire tentative pour réduire le déficit commercial abyssal américain (370 Mds de $ en 2022).

Les récriminations commerciales aggravées par l’impitoyable guerre technologique, l’obsédante rémanence de la question taïwanaise et les tensions des réclamations chinoises en mer de Chine du sud, s’est dilatée en rivalité stratégique globale. Lire : La guerre de tranchées sino-américaine.

Au point qu’au milieu de la menace du réchauffement de la planète, de l’explosion des conflits en Ukraine et au Moyen Orient, solidaire de Moscou, Téhéran, Ankara et d’un très hétéroclite « Sud Global » entré en effervescence migratoire vers l’Europe, la Chine de Xi Jinping qui accuse Washington de l’arrière-pensée de vouloir freiner sa montée en puissance s’est, avec Vladimir Poutine, affirmé comme le principal défi à la dominance de l’Amérique et de l’Occident.

Alors qu’en 1985, moins de dix ans après la mort de Mao porteur d’un projet de révolution mondiale, Deng Xiaoping guéri des emphases idéologiques de la révolution culturelle, avait adopté une stratégie internationale dissimulant le potentiel de la montée en puissance chinoise dite 掏光养晦 – Tao Guang Yang Hui - mot à mot « cacher ses brillances et cultiver l’ombre » -, Xi Jinping a, depuis 2012, fait le choix du défi.

Sa stratégie des « caractéristiques chinoises  » élaborée par Wang Huning actuel nº4 du Bureau Politique (lire : Wang Hunning, l’architecte « du rêve chinois. » Par Théophile Sourdille. (IRIS)), dont les épines dorsales sont l’absolue prévalence de la souveraineté nationale et la centralisation politique opposée à l’ouverture individualiste des « lumières », analysée par Wang comme un « détournement de l’esprit de l’État Nation », prend clairement le contrepied autoritaire du Libéralisme des démocraties occidentales.

L’épisode de San Francisco, où perçait la volonté commune d’apaisement, était une prise de conscience. Après cinq années d’une impitoyable rivalité portant, à force de surenchères, le risque d’une montée aux extrêmes, Xi Jinping et Jo Biden ont ensemble décidé de stopper la chute libre de leurs relations.

L’un des explosifs les plus détonants reste cependant l’incandescente et très nationaliste question de Taïwan, où se fabriquent 55% des microprocesseurs de la planète et la presque totalité des modèles les plus avancés dont la finesse atteint 3 nanomètres.

Volonté partagée de stopper la chute de la relation vers les abîmes

Le volontarisme de l’apaisement était perceptible dans les attitudes conviviales des chaleureuses poignées de mains ou de la promenade côte à côte dans les jardins de Filoli, d’où semblait avoir disparu toute hostilité. A côté de la gestuelle cordiale, les paroles prononcées furent tout aussi amicales.

Malgré la nuance du porte-parole du Waijiaobu « la route vers San Francisco n’est pas lisse, et nous ne pouvons pas rester en “pilote automatique” », le ton d’ouverture positive avait été donné en amont du voyage par le vice-président Han Zheng. « Nous sommes prêts à renforcer la communication et le dialogue avec les États-Unis à tous les niveaux, à faire progresser la coopération mutuellement bénéfique, à gérer correctement les différends et à relever conjointement les défis mondiaux ».

Signe que l’intention de Xi Jinping était à l’apaisement, il fit d’emblée référence à son voyage de 2012 dans l’Iowa, alors que lui et Biden étaient encore vice-présidents « C’était il y a douze ans et je me souviens encore clairement de nos échanges à cette époque. Chaque fois ces souvenirs me donnent à réfléchir. »

Selon un témoin direct, s’adressant à Xi, Biden s’efforça d’afficher le même état d’esprit amical : « Nous n’avons pas toujours été d’accord, ce qui n’a surpris personne, mais nos réunions ont toujours été franches, directes et utiles ». (…) « Il est primordial que vous et moi nous nous comprenions clairement, de leader à leader, sans idées fausses ni problèmes de communication ».

La bonne volonté réciproque fut même perceptible quand, à la conférence de presse de Biden le 16 novembre, un journaliste lui demanda s’il considérait toujours que Xi Jinping était un « Dictateur  ». Le Président confirma son jugement, prenant cependant soin de préciser qu’il s’agissait d’une « forme de gouvernement diffèrent », et que « de toutes façons [ils] avaient progressé. »

Après une première réaction offusquée qualifiant « d’inacceptable », la remarque que Xi Jinping est un dictateur, la porte-parole Mao Ning corrigea le tir pour s’ajuster au ton conciliant de Biden : « Il faut souligner, qu’il y aura toujours des personnes ayant des arrière-pensées pour tenter de saper les relations sino-américaines. Ils n’y parviendront pas ». On ne saurait mieux dire.

Le parti pris amical tranchait radicalement avec l’ambiance très sévèrement dégradée de juin dernier (lire : Pékin face aux États-Unis, à l’Europe et au « sud-global ») quand la même Mao Ning parlait « d’une provocation politique flagrante, grave violation des fondements du protocole diplomatique et de la dignité politique de la Chine. »

Autre signe potentiel de sentiments plus chaleureux, le 16 au soir, Xi a fait savoir qu’il ferait envoyer à Washington de nouveaux pandas géants au zoo National de Washington pour remplacer ceux rapatriés en Chine le 8 novembre dernier, afin dit-il « d’approfondir les liens entre les deux peuples » [1]

Persistance de la défiance américaine.

Il reste qu’au-delà de l’affichage des convivialités, les rancœurs, sources des tensions ne sont pas éteintes. Aux États-Unis où la défiance antichinoise traverse le clivage partisan, nombre de commentateurs sceptiques suggèrent que l’adoucissement du discours de Pékin est directement lié aux actuelles vulnérabilités de l’économie.

Entrée, en partie faute de réformes de fond, dans une phase de décroissance structurelle, cette dernière est aussi affaiblie par la chute des investissements étrangers, conséquence des tensions sino-américaines et des mises aux normes politiques génératrices de la défiance qui monte contre la Chine.

Pour la première fois depuis 1998, les données statistiques de la balance des paiements internationaux montrent que les investissements entrants sont moins importants que leur recul. Au troisième trimestre 2023, le différentiel était de 11,8 Milliards de $.

Autrement dit, les investisseurs étrangers retirent leurs capitaux du pays plus rapidement qu’ils n’y investissent.

Les raisons invoquées incluent les faibles taux d’intérêt et la méfiance des investisseurs dans un contexte de ralentissement économique continu. Surtout, certains qui en Chine même, condamnent les raidissements de la stratégie du « Loup guerrier », suggèrent un réajustement de la stratégie internationale [2].

Articulée à une doctrine d’affirmation inflexible de souveraineté, y compris contre le droit international, la marche de la Chine a, depuis 2012, allumé dans le monde de nombreux contrefeux antichinois au moment même où la transition socio-économique dans laquelle le pays hésite à s’engager (lire : Essoufflement de la reprise. Coagulation des vulnérabilités systémiques. Baisse durable de la confiance) aurait exigé un environnement international apaisé.

En amont de la rencontre, et compte-tenu de ces antécédents, Jake Sullivan, conseiller de Biden pour la sécurité nationale s’était montré plus circonspect que le Vice-Président Han Zheng et au moins aussi prudent que le porte-parole du Waijiaobu qui laissait entendre que rien n’était acquis.

Le 12 novembre, Sullivan déclarait en effet que la Maison Blanche exigerait des preuves concrètes qu’une rencontre du Président avec Xi Jinping, serait « dans l’intérêt de l’Amérique et de son peuple », tandis qu’au fil des incidents avec les Philippines (lire : ASEAN : Retour au premier plan des tensions avec Manille. Vigilance et pragmatisme de Djakarta), les critiques de la Chine des deux bords politiques américains rappelaient l’ampleur des revendications souveraines de Pékin en mer de Chine du sud.

A Pékin, le parti, satisfait d’être respecté, affichant face à son opinion publique complètement sous contrôle, l’image de Xi Jinping dialoguant d’égal à égal avec le leader du Monde occidental, capable de maîtriser les tensions qui montent, n’a cédé que sur trois sujets.

Note(s) :

[1« La diplomatie des pandas » symbole de paix a été inaugurée en 1972 à l’initiative de Zhou Enlai qui proposa le transfert à long terme au zoo national de Washington, de deux pandas géants Hsing-Hsing et Ling-Ling peu après la première visite de Nixon en Chine du 21 au 28 février 1972. Il y avait un symbole politique et un but thérapeutique.

Sept années avant la reconnaissance de la Chine Communiste par Washington, en pleine révolution culturelle, les pandas géants furent le symbole du dégel de la relation sino-américaine. En même temps, 11 années après l’arrivée d’un premier panda à Londres, il s’agissait de coordonner les efforts des biologistes chinois et américains pour tenter de sauver l’espèce menacée. Depuis, le zoo de Washington accueille des couples de pandas.

Début novembre, coïncidant avec le sévère refroidissement de la relation sino-américaine, les trois pandas du zoo de Washington, héritiers du couple de 1972, Tian Tian, Mei Xiang et leur « petit » Xiao Qi Ji, ont quitté le zoo national de la capitale américaine.

Dans une note du 9 novembre, Frédéric Arnoud qui fut correspondant de Radio Canada à Washington mettait la situation en perspectives : « Ce n’est certes pas la première fois que des pandas quittent la capitale, mais c’est la première fois en 23 ans que l’enclos de pandas du zoo est vide [NDLR : il y eut des périodes de « vide » temporaire. Mais au moment où Arnoud écrivait son papier, c’était la première fois qu’aucun retour n’était prévu.] » (…)

(…) « Après les rapatriements successifs des pandas prêtés par la Chine aux zoos de San Diego et de Memphis, il ne reste maintenant plus que ceux d’Atlanta. Toutefois, dès l’an prochain, ils retourneront eux aussi dans leur pays d’origine. »

Selon WWF qui travaille depuis quarante ans (y compris en Chine) à la conservation des pandas géants, hybrides entre les ursidés et les félins, leur population est passée de 1114 à 1864 soit +17%. On les trouve dans les monts Minshan, dans les provinces du Sichuan et du Gansu, ainsi que dans les monts Qinling en Chine centrale.

[2La volte-face d’attitude qui passe de l’agressivité stratégique aux amabilités diplomatiques renvoie aux critiques adressées au pouvoir par nombre d’intellectuels chinois.

Jia Qingguo, professeur de relations internationales à Beida, avait dès 2020, dans un forum public, reproché au pouvoir de créer une atmosphère de compétition exacerbée avec Washington au point de laisser croire que la Chine était sur le point de supplanter le modèle américain. Se référant aux anciennes injonctions de prudence stratégique de Deng Xiaoping, il ajoutait que Pékin devait adopter un profil international plus discret.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Comment Xi Jinping voit le rapprochement stratégique entre Vladimir Poutine et Kim Jong Un ?

Le semi-échec du sommet suisse sur l’Ukraine et la vaste ambition de médiateur global de Xi Jinping

« Dialogue de Shangri-La »- Dialogue de sourds- L’agressivité anti-occidentale de Pékin devient planétaire

Voyage de Xi Jinping dans une Europe désunie. Au-delà des postures, le coup de froid avec Bruxelles et la longue rémanence des intérêts nationaux chinois

Antony Blinken en Chine. Sous la surface des bonnes paroles, les braises de fortes tensions