Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Album

Brahmapoutre : la Grande Boucle du Fer à cheval

The big Horseshoe Bend (3e partie, 3/3)

Après avoir atteint Pai, dans le district de Mainling, le fleuve amorce la grande boucle en empruntant une direction nord-est, se frayant un chemin dans un canyon entre deux formidables pics enneigés ; le mont Gyalwa-Peri (7 151 m), le sommet de la chaîne de Baishula, montagne sacrée des Tibétains, et au sud, en rive droite le mont Namuchabawashan ou encore Namjagbarwa (7 756 m) à l’extrémité de la chaîne Himalayenne. La vallée suit les sinuosités formées par deux séries de failles se recoupant à angle droit et produisant un effet d’escalier.

Dans cette section, la nature a créé de spectaculaires visions pour l’œil humain, mais hélas, elle oublia d’y tracer un chemin, de sorte que les explorateurs qui tentèrent à maintes reprises de percer les mystères du canyon, durent rebrousser chemin. Toutefois l’expédition Chinoise pénétra, ponctuellement, dans les profondeurs de ces gorges, et témoigna, pour la première fois, des merveilles de cette fascinante contrée inhabitée.

A l’entrée du canyon, le Brahmapoutre, est enserré dans un lit profond, étroit, sans soleil et ténébreux, entouré de parois verticales de schiste et de gneiss. La partie supérieure des flancs de la vallée s’incline doucement avant de s’effondrer brutalement en falaise. Comme l’érosion dans les vallées adjacentes n’atteint pas la puissance de la vallée principale, de nombreux affluents restent suspendus au dessus du canyon, déchargeant leurs eaux dans le Brahmapoutre en cataractes de cent mètres ou plus.
Aux altitudes supérieures, spécialement au voisinage des monts Gyalwa Peri et
Namuchabawashan d’immenses glaciers fluent de tous les versants, et comme leur vitesse de déplacement excède leur reflux dû à la fonte, ils se fraient un chemin à travers les forêts ou les bambouseraies pour venir mourir à quelques centaines de mètres des bords du fleuve. Des avalanches se produisent fréquemment, particulièrement à l’aval du village de Jiala, où les bords du fleuve sont tellement abrupts que les blocs de neige et de glace s’abîment dans les flots plusieurs fois par jour.
La pression nord-est de la plaque continentale Sud-Asiatique, qui est concentrée autour du cours inférieur du Brahmapoutre, rend la croûte terrestre fragile et instable dans cette région, et en conséquence, particulièrement vulnérable aux avalanches et aux éboulements de versants. En 1950, dans la région du canyon, survint un tremblement de terre de force 8,5 sur l’échelle de Richter qui déclencha d’énormes avalanches de rochers, de neige et de glace. Les masses de débris en mouvement détruisirent forêts et villages et obstruèrent des rivières, bouleversant l’aspect de la région. Les autochtones, habitant à la sortie des gorges et qui survécurent à cette catastrophe, frémissent encore à son évocation. En 1973, près du village de Baibung, dans le district de Medog, tout un flanc de montagne, en tête d’une de ces vallées, s’est effondré pendant un orage, provoquant un torrent de boues et de cailloux de plus de 10 millions de tonnes. Cette énorme masse déboula dans la vallée du Brahmapoutre où elle obstrua le lit du fleuve toute une journée, en créant un barrage naturel.

Les gorges du Yang tsé Kiang

La vérité m’oblige à dire que cette photo a été prise dans les gorges du Yang tsé Kiang, mais, par l’identité des formations géologiques constituées de granit, elle illustre bien la majesté du Brahmapoutre à l’entrée de la grande boucle avec ses flancs inaccessibles, et son profil de lit en U. En aval, le fleuve va entailler la chaîne de l’Himalaya sur une distance de 240 km au travers de gorges infranchissables, en perdant une altitude de 2200 mètres.

Le Namuchabawashan (7756 m) la grande sentinelle du Fer à Cheval.

Près de 7000 m de dénivelé entre le sommet et le fond des gorges, à la latitude des Canaries. Tous les climats de la Terre sont représentés, de l’arctique aux tropiques. Avec une pluviosité annuelle de plus de 2 m, c’est Kew Garden dans la nature !

Carte de la Grande Boucle du Brahmapoutre et des grandes rivières aux cours parallèles...

... que sont la Salween, le Mékong et le Yang tsé Kiang. Le tracé noir à droite signale l’itinéraire du groupe des botanistes de l’arche aux plantes en 2005. Le cercle supérieur indique la ville de Marqam carrefour des pistes vers Lhassa. Le cercle inférieur signale l’étape dans la station thermale deYanjing, au bord du Mékong. Nous étions à 300 km à vol d’oiseau de la grande boucle !

Les rares photos du Brahmapoutre dans la grande boucle

Prises par la mission chinoise lors de ses explorations des gorges par des affluents. Le fleuve est à l’étiage. On peut imaginer le spectacle avec un débit de crue de 10 000 m3/sec !

La vallée de la Salween

À 200 km à l’est du Brahmapoutre, mais la similitude des reliefs permet de faire une analogie avec la sortie des gorges de la grande boucle, au début des implantations humaines. Et quelles implantations !

La région de Médog

La Grande Boucle est passée, nous sommes dans la région de Médog, à 600 m d’altitude et en plein climat tropical, le relief s’adoucit, la frontière avec la province d’Arunachal Pradesh en Inde est proche.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

« So Long My Son » de Wang Xiaoshuai

« L’usage du Tao » par Patrice Fava

Retour sur la 5e génération de cinéastes chinois

« La terre à la dérive » : Une superproduction chinoise

123e édition de “Bruits de Chine”