Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Album

C.C.Eyes only. Pour les Conseillers du Commerce Extérieur confinés à Shanghai. Chapitre V

Rémie Gedoie (pseudonyme), contributeur régulier de QC, sous plusieurs identités (une autre est Louis Montalte) est aussi Conseiller du Commerce Extérieur (CCE) dont l’expérience en Chine en fait depuis trente ans un commentateur critique écouté de l’action économique de la France en Chine.

QC publie sous sa plume iconoclaste souvent râpeuse et crue, un feuilleton - fiction dédié à ses amis CCE sévèrement confinés à Shanghai par les effets de la politique de zéro-Covid mise en œuvre par le gouvernement chinois.

Les péripéties aventureuses des héros Français et Chinois confrontés à la puissante bureaucratie de l’appareil de sécurité sont aussi l’occasion de commentaires éclairés sur le système politique et la société, par ce fin connaisseur de la Chine.

En décembre 2019, après la visite officielle du Président Macron à Pékin du 3 au 6 novembre 2019 (Visite d’État en Chine), il avait signé un article sur QC stigmatisant la survivance anachronique des aides françaises à la Chine dans la cadre des actions de l’AFD (lire : Mais que fait donc l’AFD en chine ?)

La Rédaction.


Ce petit polar est dédié à mes amis CCE de Chine pour qu’ils sachent qu’ils ne sont pas seuls face au COVID et dans les temps difficiles qu’ils traversent.

La FIPEP, Fédération Internationale Pour l’Extermination des Pandas, est et sera toujours, de tout coeur avec eux dans cette épreuve...

Un merci à Michel LABIE et à François SASTOURNÉ qui ont accepté d’émender et de corriger mon texte, avant sa parution et à Bruno Gensburger pour la photo de couverture.

AVERTISSEMENT

Toute ressemblance avec des CCE existants ne peut être qu’amicalement fortuite. Seuls les esprits bistournés et cauteleux verront dans les noms donnés aux personnages de cette nouvelle, des homologies douteuses ou des rapprochements inconsidérés avec des personnes de leur connaissance...

Chapitre 5

Longue de 1140 km la ligne à voie unique qui relie la ville de Goldmud au Qinghai à Lhassa que les Chinois appelle Qing-Zang (Qinghai – Xizang – Tibet -) a été inaugurée en 2006 par le président Hu Jintao. 80% de son tracé qui passe par le col de Tanggula Shankou à 5068 m d’altitude situé à la frontière sud du Qinghai, est à une altitude de plus de 4000 m.


*

Le message que lui avait envoyé Weng était des plus sibyllins… Non pas par son côté abscons ; il était même plutôt aisé à comprendre, mais bien par son côté mystérieux et énigmatique :

 Rejoins-moi à Golmud. Un chauffeur t’attend, devant l’hôtel, avec tes billets d’avion…

Le pluriel n’était pas superflu puisqu’un premier vol devait l’emmener à Chengdu, pour une correspondance vers Xining, la capitale du Qinghai où l’attendait un dernier vol pour Golmud…

Il en était, pour le moment, à son escale de Chengdu. Sa correspondance pour Xining était prévue pour dans trois quarts d’heure mais il apercevait, au travers des grandes baies vitrées de l’aéroport, sur le tarmac, une petite armada de techniciens qui s’affairaient sur un des réacteurs du 737, placé au bout de leur passerelle d’embarquement… Cela n’augurait rien de bon…

Il aurait vraisemblablement plusieurs heures de retard mais il avait du mal à deviner si son retard aurait une grosse incidence sur la suite de son périple puisque, sur son dernier billet, son prochain vol à son arrivée à Xining n’avait ni heure de décollage, ni nom de compagnie…

Grodègue aurait bien aimé s’entretenir avec Weng, pour le tenir informé de sa situation mais surtout pour obtenir de plus amples informations sur l’objet de sa destination et le pourquoi de ce voyage… Hélas, il avait essayé de le joindre à de multiples reprises mais celui-ci s’était copieusement obstiné à rester sur la liste des abonnés absents…

Dans le contexte actuel, après les révélations de Belon, il se doutait bien qu’il devait être en train de se rapprocher du fameux Rimpotché qui détenait Guy Yaume mais cette façon de lui faire traverser la Chine, du Sud-est au Nord-Ouest, en aveugle, sans même un petit iota d’explication, avait le don de l’irriter au plus haut point…

 J’ai beau être un pavé dans la marre, je n’en suis pas moins homme… ! Grommela-t-il dans sa barbe, à son attention, histoire de manifester sa colère et son indignation. Puis, dans la foulée, il ajouta, toujours pour lui-même :

 Celle-là aussi, il faut que je la note dans le petit carnet de mes phrases et de mes pensées profondes, à immortaliser…

Rasséréné, il se rassit sagement pour prendre son mal en patience et méditer sur les nouveaux développements qui étaient venus éclaircir la disparition de Guy Yaume…

Les confessions de Belon et de Croqueyesse leur avaient permis, à lui comme à Weng, de comprendre l’implication de Yaume dans cette affaire et de progresser enfin dans leur enquête, en les mettant sur la piste du fameux Monsieur Zhang qui tirait les ficelles depuis le début et en mettant à jour les gens puissants, plus ou moins déstabilisés par la tournure qu’avait prise les évènements suite à la fuite des trois jeunes filles, avec la mallette compromettante de Mouloud le nigérian qui pouvait dévoiler et mettre au grand jour, les exactions et les trafics de ce Zhang…

Il devenait grand temps de retirer Guy Yaume de ce jeu dangereux dans lequel il s’était embourbé et au milieu duquel il n’avait rien à faire…

Le joli conte dépeignant les élans chevaleresques des CCE en chaleur, sautant sur leurs fougueux destriers pour porter secours à leurs trois damoiselles, s’était transformé en tragédie du Radeau de la Méduse, coquille de noix sur une mer démontée…

Celle-là aussi, faut que je la note…

Mais quand même… ! Franchement ! Il n’y avait que des français romantiques pour se fourrer dans ce type de guêpier, à la vue du premier jupon venu !

Même s’il fallait bien admettre, pour leur défense, que les frêles victimes étaient d’une beauté plus qu’envoutante et que les jupons avaient une fâcheuse tendance à s’envoler…Tout compte fait, les CCE n’avaient répondu qu’à leur c…oeur !

Quand la République nous appelle, sachons vaincre et sachons mourir… ! C’est drôle comme ce refrain pouvait lui trotter dans la tête…

La nuit était bien avancée quand son 737, dûment rafistolé, accepta de décoller pour le conduire jusqu’à Xining… Le vol était quasiment vide et les hôtesses ne se hasardaient guère dans l’appareil…

Encore passablement endormi, il regardait d’un oeil glauque, son Boeing survoler Xining… Il n’était venu qu’une seule fois dans cette ville et c’était, il y a de ça pas mal d’années… Il lui était néanmoins difficile de confronter ses souvenirs car il n’en voyait cette fois-ci que des lumières scintillant dans l’obscurité…
Ce fut le choc de l !atterrissage qui le réveilla totalement, pareil au saut d !un pachyderme tombant lestement des branches d !un arbre…

Un jet privé l’attendait à l’autre bout de la piste… Mazette… Weng ne se moquait pas de lui… L’avion, une sorte de ATR 42 miniature, n’affichait aucune identification apparente, à part une courte suite de chiffres et de lettres sur la queue de l’appareil… Il décolla aussitôt pour Golmud…

Weng l’attendait à sa descente d’avion, confortablement assis dans les coussins de cuir d’une Hummer de luxe spécialement aménagée pour les milliardaires en mal de randonnées himalayennes… Parfait pour un Paris-Dakar pour 3e âge…

 Tu as pris ton temps… Cela fait quatre heures que je poireaute… Enflure… !
-Oui, encore merci d’avoir bien voulu répondre à mes appels… Chien galeux !
Les civilités échangées, Weng fit un petit signe au chauffeur qui démarra aussitôt…
-Je suppose que nous partons voir le Rimpotché… ?

 Vous supposez bien, cher ami… Tu as l’air de m’en vouloir un max pour ne pas avoir répondu à tes appels mais, crois-moi, je n’ai pas chômé ! Il a fallu tout d’abord que je retrouve le père Zhang… Ce n’était pas vraiment une surprise ; il était, depuis le début sur notre liste de suspect mais il est fort ce renard… Il s’est arrangé pour ne jamais apparaître en première ligne…

Sur les photos de la fameuse soirée où l’on voyait Belon et les filles, il n’est visible sur aucune des photos et tout est à l’avenant… Quand on lit son CV on pourrait presque lui donner le Bon Dieu sans confession…

Finalement, j’ai réussi à le coincer… Mais il bénéficie toujours de fortes protections… Les gens qui sont derrière lui gravitent plutôt vers Zhongnanhai que vers des commissariats de quartier… Ce qu’ils veulent surtout c’est qu’il récupère la mallette de Mouloud qui peut contenir des documents un peu trop compromettants… Mais ça, nous l’avions compris dès que nous avons appris que les filles s’étaient sauvées avec cette mallette que Mouloud gardait aussi précieusement…

Une chose est sûre : il n’a pas amusé grand monde avec tout ce cirque. Le message qui remonte, c’est qu’il faut qu’il arrête son western et ses fusillades, et qu’il négocie avec le Rimpotché une solution à l’amiable… Lui, il aurait été plutôt favorable à poursuivre la chasse et à remettre la main sur cette mallette et sur les filles quelque soit le prix… Mais devant la pression de ses propres commettants, il est finalement tombé d’accord pour une rencontre tripartite… Toi, le Rimpotché et lui…

 Quoi moi ? Pourquoi moi et pas toi ? Qu’est-ce que j’ai à voir là-dedans ?
-Tu as à voir que moi, je ne peux pas m’exposer !
-Quoi ? C’est trop dangereux alors tu préfères que cela soit moi qui y aille… !!

 Mais non, banane ! Je te rappelle que je représente la Sécurité d’État… Personne n’a envie que cette affaire arrive au grand jour… Je dois donc rester en retrait…

 Dans ce cas, il a juste à discuter en tête à tête avec le Rimpotché… Il a juste à discuter avec lui ; le Rimpotché lui refile sa mallette et lui il arrête ses conneries… Qu’est-ce que ma présence va apporter de plus ? Et Yaume ? Il est où dans tout ça ?

 Yaume, on va le chercher ; le Rimpotché n’a plus besoin de le garder… Il ne lui est d’aucune utilité… D’ailleurs il ne l’a jamais kidnappé en vue d’un quelconque moyen de pression… Il le conservait à l’abri de Zhang qui en aurait fait de la bouillie si il avait pu mettre la main sur lui… Il faut bien dire que c’est quand même Yaume qui est allé porter cette fameuse mallette !

 D’accord… Mais moi, encore une fois, pourquoi veux-tu m’envoyer en première ligne ?

 Le Rimpotché a besoin qu’on lui rende ses protégées quand il remettra la mallette… C’est une question de face… Il veut que les échanges se fassent yeux dans les yeux avec Zhang… Ce sont les CCE qui ont caché les filles… Yaume ou un autre CCE pourrait à la rigueur les accompagner mais ils n’ont ni l’expérience ni la carrure pour ce genre de mission…


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

C.C.Eyes only. Pour les Conseillers du Commerce Extérieur confinés à Shanghai. Chapitre VII

C.C.Eyes only. Pour les Conseillers du Commerce Extérieur confinés à Shanghai. Chapitre VI

C.C.Eyes only. Pour les Conseillers du Commerce Extérieur confinés à Shanghai. Chapitre IV

C.C.Eyes only. Pour les Conseillers du Commerce Extérieur confinés à Shanghai. Chapitre III

C.C.Eyes only. Pour les Conseillers du Commerce Extérieur confinés à Shanghai. Chapitre II