Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

Chine, Etats-Unis, Canada, « Diplomatie de la peine de mort » : Ren Zhengfei, le PDG de Huawei sort de son silence

Ren Zhengfei 任 正 非, 74 ans, PDG de Huawei, qu’il a fondé en 1987. Ancien officier du génie de l’APL il doit son ascension et la fortune de son groupe dont la valeur est aujourd’hui estimée à 3,4 Mds de $, à l’appui de l’État et à son travail acharné. Orientant ses efforts vers la satisfaction du client et resserrant ses priorités autour de la constante recherche de l’excellence dans le secteur des infrastructures télécom et des téléphones portables, le groupe s’est taillé des parts de marché par une stratégie circulaire développée à partir des zones laissées en friche par les grands du secteur. Lire : HUAWEI, le flambeau du succès High Tech, pilier de la captation de technologies ?

Figurant dans les 3 premiers groupes mondiaux avec des ventes annuelles passées de 29 Mds de $ en 2011 à 100 Mds de $ aujourd’hui, Huawei rencontre aujourd’hui des vents contraires aux États-Unis où il est soupçonné de collusion avec l’État chinois. Lire : Huawei aux Etats-Unis, un concentré de la guerre commerciale et technologique.


*

Pour la 3e fois de sa vie à la tête de l’entreprise Huawei, Reng Zhengfei, son très secret et très discret PDG, vient de s’exprimer sur un ton à la fois ferme et conciliant. Le moins qu’on puisse dire est que l’exceptionnel contexte de cette rare intervention publique renvoie à des enjeux bien plus larges, ponctués par l’éruption récente de dangereuses tensions aux ramifications enchevêtrées et multiples.

Afin de bien saisir combien la portée de la parole publique de Ren dépasse la simple controverse avec Huawei et même la tension de l’arrestation de sa fille au Canada, il faut garder en mémoire les événements structurant la situation dans laquelle baigne la rivalité sino-américaine.

Les jalons de la crise.

Le 15 janvier 2019, la cour du Liaoning a condamné le citoyen canadien Robert Schellenberg, 36 ans, à la peine de mort révisant à la hâte une sentence précédente de 15 ans de prison, jugée trop laxiste. Selon la cour de Colombie Britannique, entre 2003 et 2012, Schellenberg, qui souffre d’addiction à la drogue a déjà été condamné 11 fois pour usage stupéfiants et conduite imprudente. La police chinoise qui l’a arrêté en 2014 affirme qu’il tentait de passer en fraude 227 Kg de méthamphétamine de Dalian vers l’Australie, dans des sacs en plastique dissimulés dans des pneus en caoutchouc.


*

1) La guerre commerciale déclenchée par Washington contre Pékin dure depuis près de 200 jours. Elle est dilatée en un conflit global où se croisent l’influence géopolitique et, exacerbé en mer de Chine et à Taïwan, le télescopage des « valeurs » occidentales réfutées par les « caractéristiques chinoises ».

2) Accusée par Washington de fraude bancaire dans le but de favoriser les affaires de Huawei en Iran, Meng Wanzhou, la fille de Ren, arrêtée le 1er décembre à Vancouver et libérée sous une caution de 7,5 millions de $, attend, un bracelet à la cheville, une décision des juges canadiens.

L’enjeu est d’importance puisqu’il s’agit de savoir si elle sera extradée vers les États-Unis [1] où, au nom de l’extraterritorialité des lois américaines, elle risquerait 30 ans de prison.

Dans un communiqué, Huawei a nié les charges contre Meng et répété que les accusations d’espionnage, de viol de propriété intellectuelle et de cyber-intrusion proférées par Washington procèdent d’une manœuvre politique.

Le 12 janvier, pour donner du crédit à ses réfutations, Huawei se désolidarisait publiquement de Wang Weijing un directeur des ventes de la compagnie arrêté en Pologne pour espionnage. En réalité, aux États-Unis, l’épisode n’a fait qu’alimenter encore les soupçons d’intrusion malveillante.

3) En Chine, en représailles de l’arrestation de Meng, 13 Canadiens ont d’abord été placés sous les verrous. Si la plupart ont été relâchés comme Sarah McIver qui fut incarcérée pour travail illégal puis libérée, 2 d’entre eux, sont toujours en prison sans charges précises.

Michael Spavor, consultant impliqué dans les relations culturelles avec la Corée du Nord qu’on dit proche de Kim Jong-un, avait facilité la visite à Pyongyang du basketteur américain Dennis Rodman en 2013 et 2014. Il a été arrêté à Dandong en décembre après l’interpellation de Meng à Vancouver.

Même chose pour Michael Kovrig, ancien diplomate canadien, correspondant pour l’Asie du Nord-est de l’International Crisis Group. Lui aussi détenu sans qu’aucune accusation n’ait été retenue contre lui.

4) Surtout, le 14 janvier la haute cour du Liaoning qui rejugeait l’affaire après avoir décidé en appel qu’une première sentence de 15 années de prison était trop laxiste, condamnait à mort pour trafic de drogue le canadien Robert Schellenberg qui, depuis son arrestation, clame son innocence.

La précipitation dans laquelle a été prise la décision d’un nouveau procès et le caractère expéditif du 2e jugement attestent que la condamnation à la peine capitale est une riposte à la mise en accusation de Meng et un chantage exercé contre Ottawa pour empêcher un éventuel jugement d’extradition si le département de la justice américain en faisait la demande.

Ce qui ne signifie pas que Schellenberg sera exécuté. A la « diplomatie de la peine de mort » ou « de l’otage » - c’est le titre de certains grands médias internationaux - succèdera celle de l’ambiguïté et de l’attente.

Depuis la réforme de la justice lancée en 2005 – 2006, et toujours en cours en Chine visant à « exécuter moins, mais mieux », les condamnations à mort sont toutes réexaminées par la Cour Suprême [2].

Ainsi la situation est-elle suspendue à une double expectative : celle du département de la justice américain n’ayant pas encore formulé de demande d’extradition à l’encontre de Meng Wanzhou aux prises avec la brutalité de l’extraterritorialité judiciaire américaine ; celle de la Cour suprême chinoise qui fera durer le suspense aussi longtemps que le sort de la fille du PDG de Huawei ne sera pas éclairci.

Notes :

[1A l’heure de la rédaction de cette note, le département de la justice américain n’avait pas encore formulé officiellement une demande d’extradition à l’encontre de Meng Wanzhou.

[2Correspondant à l’évolution de la société chinoise et à la réforme de la justice en cours depuis 2005, l’exécution immédiate après une sentence de mort a été remplacée en 2011 par un sursis obligatoire de 2 année, et soumise à la revue préalable de la Cour suprême. Après cette période, l’exécution peut être remplacée par une peine d’emprisonnement qui ne peut cependant pas être inférieure à 15 ans. Voir la note de contexte sur la peine de mort en Chine.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Huawei (suite). La querelle s’envenime et met sous tension la relation entre alliés

Chronique nord-coréenne. Au-delà des polémiques, les réalités du sommet de Hanoï

Mer de Chine du Sud : Avec le Cambodge à sa botte, Pékin ajuste le Code de conduite aux caractéristiques chinoises

La « puissance douce » chinoise à l’appui des projets d’influence globale

Chine – Etats-Unis. James Mattis à Pékin. La difficile recherche d’une conciliation