Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Economie

Le plan autoroutier chinois va être financé par un impôt sur les carburants

Sur la recommandation de la Banque Banque mondiale, la Chine va instaurer dès 2008 une taxe sur les carburants, équivalent de la TIPP française, pour financer l’extension du réseau autoroutier national.
A la fin de 2006, la Chine disposait d’un réseau autoroutier de 45.000 km. Dans les quinze prochaines années, le montant total des investissements dans ce domaine va s’élever à quelques 225 milliards de dollars US. Selon M. JIN Renqing, ministre des finances, le système actuel de financement (35% par financement public, 50% par prêts bancaires et le restant par des taxes diverses, dont les vignettes d’automobile) ne pourra pas couvrir les besoins.
Le taux de la TIPP chinoise sera vraisemblablement fixé à hauteur de 30 à 50% du prix des carburants. Il sera graduellement relevé pour atteindre 200%. Cela signifie qu’à terme, le prix des carburants sera multiplié par trois. Ce projet a déjà suscité le mécontentement de certains constructeurs automobiles, qui le jugent préjudiciable au développement de leur industrie.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Ralentissement et repliement, angoisse financière et morosité de l’opinion au milieu des tensions internationales

Selon le BNS, la reprise se confirme. L’immobilier reste un point noir

Restaurer la confiance des Occidentaux, l’insistante priorité du régime

La reprise est difficile et le chemin du réajustement socio-économique laborieux

Dans l’urgence d’un branle-bas, He Lifeng prend la tête de la Commission Centrale des finances