Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Le très beau et très vaste nouvel aéroport de Daxing

A 50 km au sud de Pékin, une étoile de mer. 60 ans après l’ouverture de l’aéroport de « Pékin – Capitale » au nord-est de la ville, Pékin se dote d’un nouvel ensemble vaste et ultra-moderne qui permettra d’accueillir 72 millions de passagers. Après l’ouverture de 4 nouvelles pistes s’ajoutant au 4 premières toutes de plus de 3000 m, le complexe pourra accueillir 100 millions de passagers.


*

Il a coûté 12 Mds $ (les chiffres communiqués par les médias sont parfois fantaisistes) et trois fois plus en comptant les aménagements de transports afférents dont une station de métro en sous-sol qui mettra le complexe à 20 minutes de Pékin.

Ayant la forme d’une étoile de mer, construit en moins de 5 ans, sous l’égide d’une filiale d’Aéroport de Paris (ADP – Ingénieries) dessinée par l’architecte anglo-irakienne Zara Hadid décédée en 2016, il dispose de 4 pistes d’atterrissage (trois de 3800 m et une de 3400 m, tandis que Roissy dispose de 2 pistes de 2400 m et de 2 de 3400 m).

A Daxing elles seront portées à 8 en 2040, pour accueillir dès 2025 72 millions de passagers - peut-être 100 millions, disent certains – (Roissy 3e aéroport du Monde, a accueilli 72,8 millions de passagers en 2018).

Sur une surface totale de 70 hectares, le bâtiment en étoile – le plus vaste édifice aéroportuaire du monde -, avec un toit d’un seul tenant de la taille de 25 terrains de football, est au cœur d’un complexe de 2179 hectares (3257 hectares pour Roissy 1 et 2) qui accueillera 60 compagnies aériennes dont le déménagement sera échelonné sur plusieurs années.

L’ensemble est aussi situé sur le trajet d’une future ligne de TGV qui reliera la gare de Pékin Ouest à la nouvelle zone de développement et d’aménagement du territoire de Xiong’an. Lire : Xiong’an, le meilleur des mondes chinois.

Actuellement une autoroute assure la liaison de la région de Daxing au 4e périphérique sud de Pékin. En projet, une autre autoroute reliant les deux aéroports, passant par Tongzhou - banlieue est à l’intérieur du 6e périphérique très densément peuplée – exigera de nombreuses expropriations et relogements.

Modernité verte et rêve chinois.

Un hall central spectaculaire, avec un plafond translucide, haut de 4 étages et, en mezzanines ouvertes, 4 niveaux (2 pour les arrivées et 2 pour les départs). Parmi les transporteurs locaux, China Eastern et China Southern, ainsi que leurs filiales, devront déménager vers la nouvelle plateforme d’ici 2021, tout comme Beijing Capital Airlines et China United. La compagnie nationale Air China, Hainan Airlines et Grand Air China resteront, de leur côté, dans l’aéroport actuel. Quant aux compagnies étrangères, elles auront le choix et pourront être présentes dans les deux aéroports.


*

Enfin, Daxing affiche clairement les intentions écologiques, de hautes technologies et de modernité de la direction chinoise.

Toute la sécurité du bâtiment qui compte 79 portes d’embarquement, aux formes fluides coulant comme des vagues d’un hall à l’autre et aux plafonds transparents hauts de 4 étages, s’appuie sur les techniques de reconnaissance faciale ; le suivi des bagages est assuré par radiofréquence et étiquetage QR.

L’eau de pluie est récupérée ; l’électricité est en partie fournie par des panneaux solaires, tandis qu’une pompe à chaleur eau/air réversible connectée à la géothermie de la rivière Yongding, assure la climatisation à partir de sources géothermales et 8% des besoins globaux de l’aéroport en énergie.

Pour les spécialistes de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire, QC suggère de mettre les déclarations officielles chinoises en perspective par le travail très approfondi de la thèse de doctorat de Stéphanie Boufflet, Université d’Orléans : « Le processus de renaturation de la capitale chinoise à l’aube des années 2000 : un “souffle vert” sur Pékin ? » (pdf).

En lisant la présentation internationale diffusée par CGTN (notons que les comparaisons avec les grands aéroports du monde incluent Shanghai, Tokyo, New-York et Londres, oublient systématiquement Paris) on comprend que le Président Xi Jinping qui a inauguré l’aéroport à 5 jours de la fête nationale du 1er octobre, veut en faire le symbole de la modernité chinoise et celui des préoccupations vertes du régime.

Avant tout, il est le flambeau de la renaissance de la Chine, qui comme le Président l’a répété à Paris face à E. Macron, J.C. Junker et Angela Merkel réunis, le 26 mars dernier, a réalisé en 40 ans les progrès industriels et technologiques que l’Occident avait mis trois siècles à accomplir.

Lire : Face à Pékin, la solidarité hésitante de l’Europe.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

« Hong Kong noir ». Le conservatisme du Parti à l’épreuve d’un courant révolutionnaire

« A Pékin, derrière le rideau de bambou… »

Hong Kong : la défiance s’aggrave. A la détermination des émeutiers, Pékin répond par la menace militaire et suggère une fermeté inflexible

A Hong Kong, un anniversaire en feu

Xi Jinping : Centralisation du pouvoir et fragilités politiques