Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

Péninsule coréenne. Brutal dégel entre Pékin et Pyongyang

Alors que les aigreurs s’exacerbent autour de la guerre des taxes sino-américaines et que la Maison Blanche recommence à agiter le chiffon rouge du renforcement des relations militaires et politiques avec Taipei, le dernier contrecoup des stratégies du jeu de quilles de Donald Trump en Asie du Nord-est est le dégel surprise de la relation entre Pékin et Pyongyang.

Il est aussi possible que le soudain changement de la nature des rapports entre la Chine et la Corée du Nord soit un élément de la riposte de Pékin aux pressions stratégiques et commerciales que la Maison Blanche exerce aujourd’hui sur la Chine.

Opacité initiale et communication calibrée.

D’abord laissée dans l’ignorance totale de l’événement par les médias officiels restés muets sur le sujet, le 27 mars, la capitale a appris par les agences étrangères la visite surprise à Pékin de Kim Jong-un, venu en Chine comme son père et son grand-père, à bord d’un train spécial. Selon un schéma classique des visites de Kim Jong Il, la nouvelle a d’abord été diffusée par l’agence japonaise Kyodo News qui, le 26 mars, la tenait de correspondants chinois sur la frontière sino-coréenne ayant vu passer le convoi aux vitres opaques, finalement arrivé à Pékin dans la nuit du 26 au 27 mars.

Ce n’est qu’après le départ du train blindé dans la soirée du 27 mars et au milieu d’intenses spéculations des médias internationaux que Xinhua a diffusé les images d’une réception officielle avec honneurs militaires, banquet d’accueil et spectacle au Palais du peuple de Kim Jong-un et de son épouse Ri Sol-ju par le couple présidentiel chinois Xi Jinping et Peng Liyuan. Les photos datées du 28 mars matin, heure de Pékin, étaient accompagnées d’un commentaire inhabituellement long publié dans le Quotidien du Peuple.

Au cours du banquet auquel assistaient au milieu d’une suite des grands dignitaires du régime le premier ministre Li Keqiang, Wang Hunning, n°5 et idéologue du Parti, Wang Qishan, nouveau vice-président nommé durant la réunion de l’ANP en mars, Yang Jiechi, conseiller d’État et Wang Yi ministre des Affaires étrangères, l’adresse de Xi Jinping et la réponse de Kim Jong-un ont toutes entières résolument tourné la page des tensions.

Kim Jong-un confirme sa bonne volonté.

Après avoir à plusieurs reprises rappelé la proximité historique des deux alliés de la guerre de froide, Xi Jinping, affirmant soutenir la rencontre entre Kim Jong-un et D. Trump, signe de la détente sur la péninsule, a clairement rappelé que l’objectif de la Chine était la dénucléarisation de la péninsule par le dialogue auquel Pékin apporterait sa caution « en coopérant avec toutes les parties ». Au passage il a donné crédit à son hôte d’avoir facilité la détente en cours en proposant un dialogue avec Washington.

Dans sa réponse qui mérite attention, Kim Jong-un, abandonnant sa rhétorique de chantage menaçante, a confirmé les informations communiquées par les envoyés de Seoul à Pyongyang selon lesquelles le régime nord-coréen serait prêt à dénucléariser, conformément, a t-il dit aux souhaits de son grand-père Kim Il-sung et de son père Kim Jong-il. Une affirmation néanmoins spécieuse contredite par l’histoire.

Ajoutant que son but immédiat était la coopération apaisée entre le Nord et le Sud de la péninsule, il précisa cependant que la condition d’une paix durable était que Washington et Séoul reconnaissent et répondent avec bonne foi aux efforts de Pyongyang et qu’en retour ils acceptent de prendre « des mesures progressives et synchrones » pouvant conduire à la paix.

Quel que soit l’angle de vue, ce discours tenu à Pékin au cours d’une visite amicale d’où furent expurgées toutes les tensions bilatérales dont le point d’orgue avait été l’élimination brutale en 2013 à Pyongyang des connexions chinoises du régime nord-coréen, ponctuée par l’exécution de Jang Song-thaek, l’oncle par alliance du dictateur (lire : Purge féroce à Pyongyang. Pékin exaspéré.), constitue un tournant majeur de la situation en Corée.

Cautionné par Xi Jinping, Kim le Troisième trace clairement la route d’une négociation possible pouvant conduire à l’abandon de l’arme nucléaire par Pyongyang en échange d’un traité de paix. En même temps, il place Washington et Séoul face à l’obligation d’une plus grande souplesse à l’égard du régime dont, à la Maison Blanche, les plus radicaux, méfiants des volte-face possibles, ne sont pas disposés à faire preuve.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

L’innovation chinoise entre obsession techno-souverainiste et ressac économique

Le grand-écart d’Olaf Scholz en Chine

Commission mixte scientifique 2024 : et après ?

Chine - France : Commission mixte scientifique 2024, vers une partie de poker menteur ?

A Hong-Kong, « Un pays deux systèmes » aux « caractéristiques chinoises. »