Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

Flambée de tensions dans le Détroit sur fond de « bruits de ferraille ». Quel avenir pour Taïwan ?

Le 1er mai St-Domingue a noué des relations diplomatiques officielles avec Pékin, s’obligeant, sur injonction chinoise à rompre avec Taïwan. Depuis 2016, c’est le 4e pays qui, cédant aux sirènes des finances chinoises, abandonne sa relation avec l’Île. D’autres défections suivront dans un contexte où Taïwan n’est plus de taille à lutter contre la force de frappe sonnante et trébuchante des séductions chinoises. Nombre d’observateurs pronostiquent que la prochaine défection sera le Vatican, non pas pour des raisons financières, mais parce que le Pape François craint un schisme avec l’Eglise officielle chinoise. Pour autant il est plus probable que la prochaine défection viendra d’Amérique Centrale (Honduras ou Haïti).


*

De plus en plus excédée que Tsai Ing-wen rejette le « consensus d’une seule Chine de 1992 » radicalement opposé à la plateforme politique de son parti et dont la reconnaissance conduirait au suicide politique du DDP au pouvoir depuis mai 2016, Pékin, imperturbable, continue à démanteler le réseau international officiel de Taïwan.

Avec une régularité de métronome, baignant dans un discours alternant la menace au rappel de la connivence cultuelle chinoise dans le Détroit ; à l’occasion appuyé par des démonstrations de forces exprimant aussi la fébrilité née de l’existence à Taïwan d’un mouvement politique centrifuge aux prétentions d’identité séparée - l’histoire de Taïwan se confondant avec celle de la naissance de la République populaire son système démocratique est devenu une insolite « épine dans le pied » du rêve chinois de Xi Jinping, -, la stratégie de Pékin vise à nier à Taipei toute légitimité internationale séparée.

La peau de chagrin diplomatique.

Le 1er mai, Pékin et la République dominicaine ont officiellement établi des relations diplomatiques, rétrécissant à 19 pays le tissu international officiel de Taïwan. Depuis l’élection de Tsai Ing-wen, c’est le 4e allié diplomatique de l’Île - après la Gambie, Sao Tome Principe (mars et décembre 2016) et Panama (juin 2017) -, qui change de camp.

Comme à chaque défection de l’un de leurs allés, les Taïwanais, pourtant eux-mêmes rompus à la « diplomatie du chéquier », ont accusé Saint-Domingue d’avoir cédé à l’appel des investissements chinois.

Selon un officiel du ministère des Affaires étrangères à Taipei, le changement de pied aurait été obtenu contre la promesse – démentie par Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères – d’au moins 3,1 Mds d’investissements, de facilités financières et de prêts à taux réduit, incluant 400 millions de $ pour la construction d’une voie ferrée, 1,6 Mds de $ pour des projets d’infrastructure et 300 millions de $ pour une centrale électrique (lire Coups de boutoir méthodiques de Pékin contre l’Île. Le Panama quitte le navire taïwanais.)

Mais depuis quelques mois, soumise aux pressions d’une compétition financière avec Pékin qu’elle soutient de moins en moins bien, l’Île subit, de surcroît, le poids d’un raidissement militaire chinois à ses portes auquel elle s’applique elle-même à répondre, ce qui produit un chassé-croisé de manœuvres, d’exercices à tirs réels, de revues navales et de survols de chasseurs de combat donnant de la zone l’aspect d’un théâtre de guerre se préparant à en découdre.

Refondation de la stratégie américaine à Taïwan.

Le 29 juin 2017, D. Trump avait autorisé la reprise des escales de l’US Navy à Taïwan. A la mi-mars 2018, il a signé le « Taïwan Travel act » autorisant des ministres et officiels de haut rang à se rendre dans l’Île et à rencontrer leurs homologues taïwanais. Attisant la colère chinoise ces 2 lois modifient la nature des relations de l’Île avec Washington.


*

Pour comprendre cette soudaine nervosité martiale chinoise dont les prémisses avaient été exprimées par le président Xi Jinping dans son discours de la réunion annuelle des assemblées en mars dernier, par lequel il avait menacé l’Île d’une « punition » si elle persistait dans ses stratégies séparatistes, il faut s’intéresser au durcissement de la politique taïwanaise de Washington, résultat de l’influence d’un cercle de réflexion conservateur, baptisé « Project 2049 Institute » créé en 2008 dont l’objectif est de revisiter sur le long terme les stratégies de la Maison Blanche à l’égard de Taïwan.

Conduit par Richard L. Armitage ancien n°2 du département d’État de la présidence Bush (2001 – 2005), assisté de Ian Easton, ex-chercheur au Centre d’analyses de la marine américaine et Mark Stokes qui fut le collaborateur de R. Armitage au Département d’État, vétéran de l’armée de l’air, ancien n°2 de Raytheon international, géant mondial de l’électronique de défense dont il fut le représentant à Taïwan, ce courant de pensée a, en mars 2018, publié sous le label du « Project 2049 Institute » créé en 2008 un document explosif de 55 pages intitulé « US – Taïwan relations in a sea of changes. Navigating toward a brighter future. »

L’étude prend acte des évolutions politiques à Taïwan glissant de plus en plus vers une recherche d’identité, séparée du Continent ; elle reconnaît les faiblesses du vieux parti de Tchang Kai-chek, en même temps qu’une plus grande maturité du DPP, cependant mise à l’épreuve par l’émergence du « Parti du Nouveau Pouvoir, 時代力量 » (en Aglais New Power Party) créé en 2015 (6,1% des voix aux élections de 2016), à la fois plus identitaire que le DPP et critique des réformes sociales conduites par Tsai.

Enfin, alors que la situation dans l’Île et dans le Détroit est placée sous le double défi de la controverse politique soulevée par les réformes internes (retraites, universités, lois du travail, restructuration du secteur industriel) et des pressions chinoises tous azimuts, (politiques, économiques, diplomatiques et militaires), l’étude propose une série de mesures visant à rénover la relation de l’Île avec Washington, de nature à enflammer une sévère réaction politique du continent.

Pour partie considérées comme pertinentes par l’actuelle administration de la Maison Blanche, celles-ci suggèrent d’augmenter radicalement le niveau des échanges avec l’Île en la faisant piloter par un groupe de travail politique mixte dont le but serait de rechercher les moyens d’instaurer la stabilité de la relation sur le long terme.

Cette inscription de la relation avec Taïwan dans le temps, fondamentalement opposée aux projets de réunification de Pékin, heurte d’autant plus la direction politique chinoise qu’elle s’accompagne de la proposition d’échanges politiques de haut niveau, y compris entre Tsai Ing-wen et D. Trump et de celle visant à cesser de soumettre les ventes d’armes à l’Île à l’acceptation tacite de Pékin et à les calibrer aux besoins réels de sa défense, y compris dans les secteurs des hautes technologies.

*

En conclusion, l’étude rappelle les « 6 assurances » à Taïwan entérinées par l’administration Reagan en 1982 et réaffirmées par le Congrès en mai 2016.
Allant du refus de fixer une date pour la fin des ventes d’armes à Île, assorti de la promesse de ne jamais modifier le termes du Taïwan Relation Act, elles garantissent de respecter la souveraineté de l’Île - à décider librement par les Chinois eux-mêmes - et de ne jamais y reconnaître la souveraineté de Pékin, en passant par l’assurance de ne pas consulter le Continent en amont des ventes d’armes, de ne pas faire pression pour des négociations dans le Détroit, ni de participer à une médiation entre Pékin et Taipei.

Une des suggestions du « Project 2049 Institute » parmi les plus sensibles avait, au demeurant, déjà été appliquée, modifiant sensiblement la nature des relations dans le Détroit et provoquant de vives réactions courroucées de Pékin quand, le 29 juin 2017, D. Trump avait autorisé la reprise des escales de la marine américaine à Taïwan.

Cette année, moins d’une année plus tard, a été marquée par la visite de deux officiels du gouvernement américain dont celle de Ian Steff, n°2 du ministère du commerce venu dans l’Île le 22 au 27 mars après qu’à la mi-mars Donald Trump ait signé le « Taïwan Travel act » autorisant des ministres et officiels de haut rang à se rendre dans l’Île et à rencontrer leurs homologues taïwanais. La visite de Ian Steff suivait immédiatement celle de Alex Wong, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, le 21 mars. Les deux visites faisaient suite à l’approbation par la Maison Blanche en juin 2017 de 1,4 Mds de $ de ventes d’armes à l’Île.

A ces initiatives américaines ajoutant les tensions taïwanaises à celles de la mer de Chine du sud et à celles des controverses sur les taxes, Pékin a répondu par plusieurs démonstrations de force.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Pressions chinoises (suite)

Au milieu des gesticulations militaires, l’Île est à nouveau au cœur des rivalités sino-américaines

Sommet des « Think tank » de l’Asie Pacifique à Taipei. Réflexion sur le soft power et la diplomatie taïwanaise de « substitution »

Puissance nationaliste chinoise et désarroi démocratique taïwanais

Relations dans le Détroit. Situation et perspectives. Le dilemme de Tsai Ing-wen