Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Economie

La croissance ralentit. L’inflation faiblit. Pékin relâche le contrôle monétaire

Le mercredi 30 novembre, la banque de Chine a annoncé qu’elle allait réduire le taux de réserve obligatoire des institutions financières d’un demi-point, pour le ramener à 21% à compter du 5 décembre 2011. Il s’agit de la première décision de relâchement du contrôle monétaire depuis 2008. Le mouvement vient aussi après deux années d’une politique de resserrement du crédit, destinée à contrôler la croissance, la masse monétaire et l’inflation.

Depuis janvier 2010, le taux de réserve avait été augmenté 12 fois, tandis que les taux d’intérêt ont été relevés à 6 reprises, pour plafonner aujourd’hui à 6,56%, très au-dessus du taux d’inflation. Celle-ci s’est en effet notablement ralentie en septembre et octobre, avec un indice des prix officiels signalé à 5,5%, la hausse des prix alimentaires restant cependant toujours supérieure à 11%. La banque de Chine attend un autre recul de l’inflation en novembre.

Dans le même temps, mesure connexe de contrôle de l’inflation, la Banque de Chine avait, à compter du 19 juin 2010, autorisé une hausse régulière du taux de change de RMB par rapport au dollar à un rythme très prudent de à 0,5% par mois.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Selon le BNS, la reprise se confirme. L’immobilier reste un point noir

Restaurer la confiance des Occidentaux, l’insistante priorité du régime

La reprise est difficile et le chemin du réajustement socio-économique laborieux

Dans l’urgence d’un branle-bas, He Lifeng prend la tête de la Commission Centrale des finances

Freinage. Causes structurelles ou effets de mauvais choix politiques. Doutes sur la stratégie de rupture avec la Chine