Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

Victoire sans appel de Tsai Ing-wen sur fond de lourdes incertitudes

Le 11 janvier dernier à Taipei, après la victoire Tsai et son colistier William Lai (61 ans), lui-même ancien premier ministre de Tsai (septembre 2017 – janvier 2019) et candidat malheureux à l’investiture. Dans son discours la Présidente élue dont l’investiture aura lieu en mai prochain a, sur fond de la crise de Hong Kong, encore une fois appuyé sur l’argument démocratique et des libertés, particularités de l’Île et angles morts de la politique intérieure chinoise. « A chaque élection présidentielle, Taïwan montre son attachement au mode de vie libre et démocratique et à son identité nationale. (…). Ce scrutin a montré qu’à chaque fois que leur souveraineté et leur démocratie sont menacées, les Taïwanais exprimeront leur détermination encore plus fort que les menaces ». Mike Pompeo n’a pas manqué de souligner le contraste politique avec Pékin : « Nous félicitons Taiwan pour la force de son système démocratique qui, avec son libre-marché et sa société civile vibrante est un modèle pour la région indo-pacifique ».


*

Après une spectaculaire remontée dans l’opinion attestée par les sondages depuis juin 2019 à mesure que se développèrent les troubles à Hong Kong, Tsai Ing-wen (57,1% des voix) a, le 11 janvier nettement surclassé Han Kuo-yu (38,6%), le candidat du Guomindang et son principal concurrent à la présidentielle.

La victoire de Tsai (4e mandat d’un indépendantiste depuis 2000) a d’autant plus de relief qu’elle a battu le record de voix obtenues à une présidentielle depuis 1996, avec 8,170 231 bulletins contre 5,522 119 à Han Kuo-yu. Le 3e candidat James Soong, plafonne très loin derrière à 4,3% des voix avec seulement 608 590 bulletins.

Sans conteste possible c’est bien le poids menaçant de la Chine qui s’est traduit le 2 janvier 2019 par le discours solennel et crispé de Xi Jinping et la rigidité de l’appareil à Hong Kong, qui aura permis un tel retour de fortune de Tsai Ing-wen qui, il y a exactement un an, rassemblait moins de 35% d’intentions de vote, contre plus de 50% à Han Kuo-yu. La désaffection de l’opinion était le prolongement du large revers électoral de mi-mandat subi le 28 novembre 2018.

Lire : Tsai Ing-wen à la peine. Sous la vigilance de Pékin, le paysage démocratique de l’Île évolue.

Le « miraculeux » retournement de fortune de Tsai Ing-wen.

Le graphe montre clairement la bascule des opinions favorables à Tsai (en vert) à la mi-juin 2019, au moment des plus grandes manifestations à Hong Kong contre la loi sur l’extradition. Les discours brouillons de Han et les rumeurs avérées de l’ingérence chinoise dans le processus électoral ont ajouté aux éléments ayant causé sa défaite.


*

Plombées par des controverses de politiques intérieures qui dressèrent l’opinion contre elle, y compris dans son propre parti, avec des polémiques autour du mariage gay, de la réforme des retraites, de la pollution, des lois travail, encore aggravées par un affaire de contrebande de tabac impliquant ses gardes du corps, la direction de China Airlines et des membres de la sécurité nationale, les intentions de vote en sa faveur sont restées à ce faible niveau de plus ou moins 35% jusqu’à la fin mai.

La courbe de popularité de Tsai commença irrésistiblement à s’inverser au cours de la première quinzaine de juin. A l’entrée de l’été, il devint en effet clair qu’avec la Loi sur l’extradition proposant une version totalitaire et très extensive de la « sécurité nationale », l’attelage Xi Jinping – Carrie Lam n’avait pas l’intention de protéger à Hong Kong les libertés garanties par « un pays deux systèmes ». Lire : A Hong Kong, un anniversaire en feu et Hong Kong, rappels historiques et essai de perspective.

Dans l’Île, l’épisode était d’autant plus sensible que Pékin envisage obstinément - et contre la volonté de la totalité des Taïwanais sans exception -, d’imposer les mêmes « Deux systèmes » en guise de modalité de réunification.

Le 25 juin, une semaine après la manifestation monstre du 16 juin dans la R.A.S, les opinions favorables à Tsai atteignaient 46%, gagnant 10 points en 3 semaines. Après un recul en octobre novembre à 40 – 45%, sa cote s’est à nouveau envolée pour dépasser 55% à la veille du scrutin.

Tsai a bien compris que sa popularité tient à la fermeté politique de ses réponses aux pressions chinoises qui, depuis son accession au pouvoir en 2016, réduisent comme peau de chagrin son réseau diplomatique à la portion congrue. Lire : Coups de boutoir méthodiques de Pékin contre l’Île. Le Panama quitte le navire taïwanais.

Répondant au discours de Xi Jinping qui, le 2 janvier 2019, glosait sur le caractère inéluctable de la réunification sans tenir compte de la constante opposition des Taïwanais exprimée au long des enquêtes d’opinion et des élections, Tsai a sans détour rappelé que son parti chevauchait l’idée d’une rupture politique. Lire : Les défis de l’obsession réunificatrice.

Fermeté politique face aux pressions chinoises.

S’exprimant lors d’un passage à Los Angeles en août 2019, Tsai a répété que « tout était négociable à l’exception de notre liberté et de notre futur ».


*

Contrairement au Guomindang, elle et son parti n’ont jamais accepté le postulat du « consensus de 1992 » reconnaissant l’appartenance de Taïwan à la Chine, tandis que la « majorité des Taïwanais – tous partis confondus - rejetait fermement le schéma des Deux systèmes ».

Après quoi, elle avait longuement souligné la nature démocratique du régime de l’Île. Rejetant les menaces militaires, elle avait condamné les manœuvres d’intrusion oblique de Pékin dans le jeu politique taïwanais, dénoncé les harcèlements contre son exécutif, y compris par des pressions sur des compagnies aériennes ne désignant pas l’Île selon les règles normatives définies par le Parti communiste.

Rappelant qu’elle était prête à engager des négociations pacifiques, - « tout est négociable sauf notre liberté », avait-elle rappelé paraphrasant le Président Reagan lors d’un interview à CNN en mars 2019 (lire : Taïwan : appelant à la rescousse la conscience des démocraties, Tsai tente d’échapper au face-à-face avec Pékin.), Tsai avait réitéré que le dialogue devait être conduit dans le respect et la reconnaissance mutuels, sans condition préalable, entre pouvoirs politiques établis et non par le truchement d’initiatives individuelles non reconnues par Taipei.

La remarque de Tsai faisait référence aux tendances de la Chine à contourner le pouvoir élu dans l’Île pour négocier directement avec le Guomindang (KMT – 國民黨), héritier de Tchang Kaï-chek qui reconnaît le « consensus de 1992 » avec cependant la réserve que, dans l’esprit du vieux parti nationaliste héritier de Sun Yat-sen, « une seule Chine » ne suppose pas qu’elle soit communiste, nuance que Pékin fait mine d’oublier.

C’est avec en tête toutes ces considérations fermement affichées sur la liberté et la démocratie qui, sans aucun doute fondèrent son succès électoral, qu’après sa victoire, Tsai déclarait lors de sa première réunion de Présidente réélue, le 11 janvier : « La démocratie taïwanaise et notre gouvernement démocratiquement élu ne cèderont jamais aux pressions et aux menaces ».

En apparence, la victoire de Tsai est totale. Son succès personnel rétablit – il faut le rappeler grâce aux pressions de Pékin - l’autorité politique qu’elle avait perdue dans l’Île et même dans son Parti.

Au Yuan législatif, son Parti a conservé la majorité absolue avec 61 sièges malgré un recul important de 7 sièges par rapport à 2016. Le Guomindang son principal adversaire héritier de la guerre civile stagne toujours à l’étiage législatif de 38 sièges (+3 par rapport à 2016).

Pour autant l’examen détaillé des résultats législatifs révèle que le paysage politique n’est pas forcément figé sur une trajectoire qui serait de plus en plus favorable à la rupture avec Pékin. Il n’augure pas non plus d’un deuxième mandat politiquement facile pour Tsai Ing-wen.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

A Taïwan, la pandémie éclaire la brutalité de Pékin

Chronique comparée de l’épidémie. Regards sur Taïwan. Neutralité douteuse de l’OMS et de l’OACI sous influence

Elections 2020 : Tsai Ing-wen en tête. Fortes incertitudes pour les législatives

Le KMT s’alarme des déboires de son candidat. Net redressement de la popularité de Tsai Ing-wen

Chine – Taïwan – Etats-Unis, sérieux orages en vue